PROGRAMMES ET ACTIONS DE RECHERCHE


Fonctions scientifiques

  • Membre de l’axe de recherche Trajectoires et différenciations des sociétés et espaces ruraux, FRE MTE (depuis 2008)
  • Membre du groupe de recherche Territoires, terroirs et paysages, programme Dynamique des territoires métropolitains, UMR TELEMME (2004-2007)
  • Membre du programme d’Action Concertée Incitative Frontières et territoires dans les Balkans, Ecole Française d’Athènes (2002-2006)
  • Chargé de mission Nouvelles technologies, MMSH et co-responsable du Pôle cartographie (2002-2004)
  • Responsable du programme d’Aide à Projets Nouveaux du CNRS La question d’"Epire" : intégration et développement de la région frontalière gréco-albanaise (2000-2002)
  • Membre du comité scientifique du projet franco-hellénique Atlas de la Grèce, Ecole Française d’Athènes et Maison de la Géographie, Montpellier (1995-2003)

Chacun des projets passés ou présents intègre deux aspects complémentaires de l’expertise géographique très chronophages : le travail de terrain et  la constitution et le traitement de bases de données géographiques (statistiques, cartographiques ou image)

 

A travers la confrontation systématique de ces deux éléments, la démarche d’investigation repose sur un principe dialectique permanent. Les recherches de terrain permettent de compléter, infirmer ou confirmer les traitements mathématiques, tandis que la collecte et le traitement des données SIG-télédétection permet de systématiser sur un territoire donné une analyse qui, sinon, resterait ponctuelle et très localisée.

La faiblesse des supports cartographiques disponibles auprès des partenaires institutionnels dans les Balkans et l’hétérogénéité des bases de données statistiques impose des protocoles spécifiques d’acquisition et de traitement. Le recours à l’imagerie satellitaire est indispensable, notamment dans l’étude des zones frontalières, souvent frappées d’interdiction par les autorités militaires.

Parmi les nombreuses méthodes utilisées, une place particulière a été réservée aux traitements diachroniques. L’évolution des territoires peut ainsi être mise en perspective dans le temps. C’est une condition sine qua non pour appréhender la complexité des territoires balkaniques et des processus de recomposition socio-spatiale majeurs qui continuent de s’y développer.

Parmi les outils fréquemment utilisés :

  • Photo-interprétation
  • Traitements géométriques et radiométriques des données satellitaires, notamment THR (Très Haute Résolution)
  • SIG, gestion de bases de données statistiques et cartographiques
  • Spécialiste ErMapper, MapInfo, Vertical Mapper
  • Expérience approfondie Erdas, Envi, ArcGIS, Statistica, Access