Différenciation et recomposition des territoires ruraux en Europe centrale

2004-2007

 

Dans la perspective de l’élargissement de l’Union européenne, la transition socioéconomique des anciens pays socialistes présente, à l’issue du temps court du changement contemporain, un certain nombre d’acquis. Les principes de l’économie planifiée ont été abandonnés au profit du système de l’économie de marché. Dans les campagnes, la décollectivisation de l’agriculture a été partout conduite, en même temps que les nouveaux régimes en place affirmaient la volonté de démocratiser la gestion politique locale, afin de susciter et d’encadrer le développement socioéconomique à l’échelle locale. Ce changement a été introduit par rapport à un référent dominant, le système socioéconomique de l’Europe occidentale. Plus rapidement que pouvait à priori le laisser supposer l’inertie d’un système socialiste qui avait transformé en moins d’une génération les structures économiques, les maillages territoriaux et les formes de l’occupation et de la mise en valeur, la transition a retourné les logiques de gestion des espaces. Dans les campagnes, la dynamique se résout alors implicitement à un transfert de modèle d’aménagement et de développement rural. Ce dernier exige d’adopter de nouveaux modes de valorisation des ressources locales, en particulier sur la base d’initiatives endogènes et de la mobilisation des acteurs locaux. Dans le même temps, il implique de reconsidérer et de diversifier les ressources locales, dont la valorisation socioéconomique entraînera dans les espaces ruraux des changements fonctionnels profonds, associant aux fonctions héritées de production de denrées alimentaires, des fonctions nouvelles de résidence, de conservation des patrimoines ruraux et de récréation.

L’intention politique postule ici la prééminence du changement social sur le changement spatial, et fait du changement social, le facteur principal de la recomposition territoriale. Or, la complexité de la réalité géographique, celle qui renvoie aux lieux, à leur physionomie, et à leur structuration, conduit à considérer, dans le processus en cours, la diversité des trajectoires territoriales. Les modalités de la transition ne sont par les mêmes partout. Elles ne sont ni immédiates, ni univoques. Plus précisément, la réponse des sociétés locales au changement socioéconomique diffère selon les pays, selon les régions, selon les lieux. Il apparaît que les trajectoires territoriales s’inscrivent alors dans des durées différentes, qui s’articulent certes pour produire de nouveaux territoires, mais qui distinguent cependant le temps court du changement social et le temps long de l’évolution des structures spatiales. Le premier renvoie aux rapport sociaux de production, qui ont été redéfinis dans les pays en transition par la redistribution de la propriété de la terre et des moyens de production. Le second relève des héritages territoriaux, de la stratification des systèmes spatiaux, plus ou moins visibles dans les formes spatiales et les paysages, qui jouent, par leurs inerties ou leurs récurrences, sur le processus contemporain de transition.

Le projet vise donc à renouveler la connaissance des processus de différenciation spatiale à partir d’une analyse des trajectoires de recomposition des territoires ruraux en Europe post-communiste (nouveaux Länder de la RFA, République tchèque, Hongrie, Slovaquie, Lituanie). L’objectif principal, soutenu par des choix méthodologiques qui associent la cartographie statistique et les enquêtes de terrain, est de comprendre comment ont co-évolué le changement social et le changement spatial, au cours de la sortie du communisme et de la phase de préparation à l’intégration à l’Union européenne.

Terrains d’étude : Allemagne, Hongrie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie

Coordinateurs du programme

Marie-Claude MAUREL (UMR 8083 du CNRS, EHESS), Guillaume LACQUEMENT (MTE, FRE 3027 du CNRS)

Financement du programme

Programme ACI (Action Concertée Incitative) « Espaces et territoires » Ministère de la Recherche

Membres MTE

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (MCF, Université Montpellier III, FRE 3027)
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (MCF, Université de Perpignan, FRE 3027)
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (MCF, Université Lyon III, FRE 3027), 

Membres d’autres laboratoires en France

  • Marie-Claude Maurel, UMR 8083 du CNRS, EHESS
  • Jean-Claude Raynal, EHESS

Partenaires à l’étranger

  • Jurgita MACIULYTE, Université de Vilnius
  • CIERA, Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne

Colloque Les disparités régionales en Europe centrale organisé par MOST UNESCO, Institut de Sociologie de l’Académie des Sciences de Slovaquie, CEFRES, octobre 2007, Bratislava 
Responsables scientifiques :

  • Marie-Claude MAUREL, Directrice d’études à l’EHESS, directrice du CEFRES, Prague,
  • Béatrice von HIRSCHHAUSEN, Chargée de recherches, Centre Marc Bloch, Berlin,
  • Guillaume LACQUEMENT, Maître de conférences, Université de Perpignan
  • LACQUEMENT G., Les changements fonctionnels dans les territoires ruraux des nouveaux Länder allemands, in BAGF, Bulletin de l’Association des Géographes Français, 2/2005, pp. 155-167.
  • MAUREL Marie-Claude et LACQUEMENT Guillaume (dir.), Agriculture et ruralité en Europe centrale, éd. Aux Lieux d’être, à paraître 2007.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.