Mutation des Territoires en Languedoc 


  Analyse socio-spatiale du Mal-Logementdans l’Hérault

Les métropoles – dont le législateur a conforté le statut en 2014 – sont à nouveau au centre du débat sur la gestion et l’avenir des territoires 1. Au-delà de l‘effet de mode qui veut que toutes les grandes villes prétendent désormais au rang de métropole (étymologiquement : la ville-mère), les géographes observent un processus maintenant ancien de « métropolisation » en France. La politique d’aménagement du territoire (années 1960-1970), la décentralisation et le renforcement de la coopération intercommunales (1980-1990) ont tour à tour accentué ce processus qui désigne un accroissement du poids démographique et économique des plus grandes villes.
Elle amplifie les enjeux d’aménagement « liés à l’étalement urbain, aux mobilités croissantes et à l’augmentation de nuisances 2 » et s’appuie sur « une mise en réseau des principales agglomérations dans laquelle les phénomènes de connectivité tendent à l’emporter sur les relations de proximité 3» . Pour cette raison notamment, « l’espace français doit d’abord être vu comme un réseau plutôt que comme un territoire […]. La territorialité, qui définit des espaces continus et contigus, sans rupture, se retrouve d’abord à l’intérieur des villes, tandis que l’ancienne territorialité rurale, celle des petits pays homogènes et aux limites franches, s’est presque complètement effacée. » (Lévy, 2013, p.54). 
Dans ce contexte, les communes périphériques cherchent aujourd’hui à s’arrimer aux villes-centres pour tirer profit de la compétitivité et l’attractivité métropolitaine. Pour les bourgs et les petites villes situées à l’écart des grandes agglomérations, celles dites de « l’arrière-pays » jadis prospère, le risque est moins d’être absorbé que d’être exclu du développement métropolitain. Aussi, la difficulté consiste à faire valoir l’urgence d’intervenir dans des espaces ruraux devenus des « entre-deux » protéiformes, où les villes sont confrontées au chômage de masse et en corollaire à des taux élevés de vacance des logements, alors même que les pouvoirs publics multiplient les plans en faveur des banlieues : « 80% des pauvres vivent en dehors des ZUS » rappelle une étude prospective sur la géographie prioritaire (Acadie, 2009).
Mutations objectifs1La tertiarisation de l’économie, la désindustrialisation des campagnes et de la modernisation de l’agriculture expliquent l’inversion du rapport ville-campagne (Mathieu, 1998). Et la « renaissance rurale », observée dès les années 1980 (Kayser, 1990 ; Hervieu et Viard, 1996), ne peut masquer cette inversion et les difficultés prêtées aux zones rurales et périurbaines qui accueillent de plus en plus de populations précaires fuyant les grandes villes et les banlieues (Guilluy, 2010). « Cette pauvreté est [donc] largement importée et touche aussi bien les départements comme la Seine-et-Marne et le Val-d’Oise aux confins des banlieues populaires de la région parisienne, que l’Hérault et le Gard qui sont attractifs via le phénomène d’héliotropisme » (Comité d’évaluation et de suivi de l’Anru, 2013, p.79). Le présent programme, mis en place conjointement avec la Fondation Abbé Pierre, porte précisément sur l’analyse socio-spatiale du « Mal-Logement » dans le département l’Hérault en Languedoc-Roussillon.
À l’échelle de la région Languedoc-Roussillon (Gard, l’Hérault, l’Aude, les Pyrénées-Orientales et la Lozère), qui doit faire face à l’accroissement démographique le plus fort de France métropolitaine avec plus de 30 000 habitants supplémentaires par an, l’enjeu du mal-logement n’est pas mince. En effet, « l’accroissement de la population renforce le déséquilibre entre l’offre et la demande, créant du même coup une explosion des prix fonciers et immobiliers, ce qui oblige une part croissante des ménages à trouver de nouvelles solutions pour se loger. Dans le meilleur des cas, ces solutions passent par des relocalisations : toujours plus loin des centres villes (voir le phénomène de périurbanisation de la frange littorale) » (Fondation Abbé Pierre, 2007, p.2). Des studios de vacances, des caravanes et des « cabanes » servent désormais à des familles (mais combien exactement ?) sans logement.
Cette problématique est plus prégnante encore dans le département de l’Hérault, où se concentrent 50% des demandes de logement social de la région 4alors que les prix du foncier et de l’immobilier sont les plus élevés du territoire languedocien après avoir triplé entre 2000 et 2010 5. Au total, en 2013, l'effort de construction de logements sociaux dans le département n’a ainsi permis de répondre qu’à 4 963 demandes sur 32 729 exprimées fin 2012, soit à peine 15% du total des demandes 6 ! Les prix moyens des terrains constructibles atteignent plus de 260 €/m² (mai 2015) et les ressources foncières manquent comme le suggèrent de récents états des lieux relatifs à l’agglomération de Montpellier (Secchi et Vigano, 2013 ; Brun et Hayet, 2014). La crise financière de 2008 a également eu comme partout ailleurs des répercussions sur le marché de la construction de logements neufs au point que les investisseurs privés et les promoteurs immobiliers ont observé une baisse de leur activité. L’endettement des collectivités territoriales et les difficultés politiques et financières de certains opérateurs publics expliquent, enfin, que la situation demeure préoccupante.
Aussi des communes « rurales » ont vu leur population d’origine « urbaine » augmenter de façon significative au cours des vingt dernières années7.Pour maîtriser l’arrivée massive de nouveaux arrivants, les élus locaux conduisent des extensions villageoises controversées, sous la forme de lotissements pavillonnaires. Et pour cause : plus de la moitié des logements dans le département de l’Hérault (50,3% d’après le RGP de 2009 soit 318 441) sont des maisons individuelles ! Parmi ces espaces en mutation, plusieurs semblent « orphelins » de l’action publique parce qu’ils sont situés à l’écart de l’arc littoral et des plaines (Hérault, Orb, etc.). La question de l’aménagement à la fois urbain et territorial y est centrale en raison de leur fréquent sous-équipement, de leur relatif enclavement et, encore une fois, d’une urbanisation par endroit mal maîtrisée. 
Dans le cadre du programme MT[L], l’équipe compte questionner durant 24 mois l'évolution de territoires « ruraux » et opérer un retour sur le processus de métropolisation en conduisant une analyse des logiques à l’œuvre dans le « grand » Montpellier. L’équipe mobilisée propose un zoom sur des petites villes au prisme de l'aménagement et du logement à l’issue de l’examen des statistiques disponibles à l’échelle départementale. Trois d’entre elles, Clermont-l’Hérault, Lodève et Bédarieux sont les « terrains » privilégiés du programme : ces « territoires » ne sont plus dans le péri-urbain mais dans un « entre-deux » qui ne répond pas aux critères d’urbanisation dit « classique » avec une ville centre et des pôles périphériques, mais plusieurs polarités qui se développent de manière détachées les unes des autres.

Mots-clés
logement, transport, métropole, rural, aménagement, urbanisme, politique de la ville, Hérault. 


----------------------------------------
Notes
1. [Loi du 27 janvier relative à la modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles. Cette évolution législative s’inscrit dans le prolongement du chantier de la décentralisation et du renforcement des compétences dévolues aux collectivités territoriales. Dès les années 1960, le terme de métropole a été utilisé par l’administration publique. Ainsi, « des études d’armature urbaine menées par la DATAR [devait permettre] de préciser le rôle respectif des villes françaises. Elles [ont débouché] sur la politique des métropoles d’équilibre qui devaient voir renforcer leurs fonctions de services afin de limiter l’influence de Paris. » (Lacaze, p.28, 1995).] 
2. [Source : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/metropolisation
3. [Source : article de Bernard Elissalde http://www.hypergeo.eu/spip.php?article75 consulté le 12 septembre 2014.] 
4. [Source : Analyse de la demande de logements locatifs sociaux en Languedoc-Roussillon DREAL LR (février 2014)] 
5. [Source : Le Prix du Foncier, DREAL LR (août 2014)] 
6. [Source : Analyse de la demande de logements locatifs sociaux en Languedoc-Roussillon, DREAL LR (février 2014)] 
7. [ cf. RGP 1999-2009] 

Mutations partenaire

Reconnue d’utilité publique en 1992, la Fondation Abbé Pierre a pour objet d’agir « pour que les plus défavorisés trouvent à se loger dignement et durablement, quels que soient le montant de leurs ressources et leur situation sociale ». Pour mener son combat contre le mal-logement, la Fondation Abbé Pierre ne cesse de se développer sur tout le territoire.  
À Montpellier, son agence régionale œuvre au quotidien dans les domaines de la construction, de la réhabilitation ou bien encore de l’aide aux personnes défavorisées. Elle cherche également à comprendre des enjeux de société dont elle n’est pas familière comme le mal logement et la montée de la précarité en milieu rural ou « semi rural ». Dans cette perspective, son action repose sur une direction des études laquelle travaille étroitement avec les agences régionales. C’est dans ce cadre que le partenariat entre la FAP et le CNRS a été mis en place.  

http://www.fondation-abbe-pierre.fr

 

 

 

Mutations Volle

Jean-Paul Volle
Agrégé de géographie, Jean-Paul Volle a enseigné à l'université Paul Valéry Montpellier 3. Il a enseigné la géographie régionale et l’aménagement aux côtés de Raymond Dugrand et de Robert Ferras. Il a collaboré au GIP Reclus à Montpellier. Il réalise aujourd’hui des analyses prospectives au sein d’équipes pluridisciplinaires. Dans le cadre du programme, il oriente l’équipe sur les évolutions socio-spatiales des territoires à l’étude qui lui sont familiers, la conseille au plan méthodologique et contribue notamment à la production cartographique. 

Artelia SCOURSIERE

Stéphane Coursière
Titulaire d’un DEA de géographie à l'université Paul Valéry Montpellier 3, il est ingénieur d’étude du CNRS au sein de l’UMR 5281 « ART-DEV » où il collabore avec des enseignants chercheurs en géographie, en aménagement et en urbanisme. Dans le cadre du programme, il assure le traitement cartographique et l’analyse des données sociales et économiques relatives au département de l’Hérault et aux trois secteurs étudiés (Bédarieux, Lodève, Clermont-l’Hérault). Il a publié avec Alexandre Brun en 2014 un article sur l’évolution du rapport entre la ville et l’université. 

Artelia SDALMAR

Sandrine Dalmar
Titulaire d’un diplôme en communication, Sandrine Dalmar est actuellement ingénieure d’étude au CNRS où elle est chargée de l’animation scientifique. Dans le cadre du programme, elle est chargée à l’UMR 5281 « ART-DEV » de recueillir des témoignages d’acteurs locaux et de ménages, et de produire un court documentaire à l’issue de l’exercice en 2016. Elle conseille par ailleurs l’équipe sur la valorisation des résultats et leur mise en commun avec la FAP. 

Mutations Rousson

Fanny Rousson
Titulaire licence professionnelle en gestion et coordination de projets en développement urbain de l’Université Aix-en-Provence (2012), elle est actuellement étudiante en master « Urbanisme et Projet de Territoire » à l'université Paul Valéry Montpellier 3. Dans le cadre du programme, elle est chargée d’études de mars à juillet 2014 à l’UMR 5281 « ART-DEV ». En particulier, elle prépare une bibliographie commentée au sujet du mal logement et des effets de la « métropolisation ». Elle assure aussi l’exploitation des données spatiales à l’échelle des trois secteurs à l’étude dans la perspective d’une analyse diachronique. 

artelia ALEXANDRE BRUN

Alexandre Brun
Maître de conférences en géographie et en aménagement à l’Université Paul Valéry de Montpellier et notamment co-responsable du parcours « Urbanisme et Projet de Territoire » du master d’urbanisme et d’aménagement. Il est membre de l’UMR 5281 « Art-DEV » et chercheur associé au CQEG de l’Université Laval au Québec. Ses travaux de recherche portent sur les politiques de l’eau et le projet urbain. Il est responsable scientifique du programme pour l’UMR « Art-DEV », et plus particulièrement chargé de la prospective urbaine et plus largement territoriale. Il a publié en 2015 dans Grafton et al. Understanding and Managing Urban Water in Transition (Springer). 

Le Comité de pilotage comprend Madame Frédérique Mozer (directrice de l’agence régionale de la FAP), Manuel Domergue (directeur des études), Guy Marion (chargé de mision à l'agence Languedoc-Roussillon), ainsi que les membres de l’UMR impliqués dans la mise en œuvre du programme à savoir Stéphane Coursière (cartographe), Sandrine Dalmar (chargée de communication) et Alexandre Brun (géographe, urbaniste). Le Comité comprend également Jean-Paul Volle (géographe, urbaniste), ancien directeur de l’Unité MTE, et William Hayet (architecte, maître assistant à l’ENSAL). La fréquence de réunion du Comité est prévue à 6 réunions sur 18 mois. L’équipe se réserve la possibilité d’ouvrir le Comité à des enseignants, des étudiants ou des acteurs locaux.

Campagne 2013 Fondation Abbé Pierre : Le Barbecue
 
201520162017
janvierfévrier marsavrilmaijuinjuilletaoutsept.oct. nov.dec.janvierfévrier marsavrilmaijuinjuilletaoutsept.oct. nov.dec.janvier
Production cartographiques à l'échelle de l'Hérault                                            
      Diagnostic territorial à l'échelle de l'Hérault et des 3 zones d'étude                                    
              Enquêtes auprès des acteurs locaux et analyse urbaine                      
                Interviews, réalisation d'une vidéo  
                   
    17 mars : comité de pilotage n°1     15 juin : rapport d'étape n°1 1er juillet : comité de pilotage n°2     15 octobre : comité de pilotage n°3  

15 decembre : comité de pilotage n°4

Séminaire ART-Dev   15 mars : comité de pilotage n°5               Remise rapport final Séminaire fin de programme 15 janvier : comité de pilotage n°6

 

Version pdf du planningVersion pdf du planning

 

Cartographie
Cliquer sur les cartes pour agrandir 

CARTE evolPOP 2012 Dept34 CARTE tempsdeparcoursversBeziers 2015 dept34 CARTE tempsdeparcoursversMontpellier 2015 dept34

Évolution de la population 2012
Hérault
>>Commentaires

Temps de parcours vers Beziers 2015 
Hérault

Temps de parcours vers Montpellier 2015 
Hérault

CARTE PetitesVilles Dept34 CARTE Part foyersfiscaux imposables 2013 Dept34 CARTES Resultats departementales

Petites villes 
Hérault
>>Commentaires

Part foyers fiscaux imposables 2013 
Hérault
>>Commentaires

Résultats des élections départementales 2015 dans les cantons de l'Hérault

CARTE logements vacants 2011 Dept34 CARTES Elections europeennes  

Logements vacants 2011
Hérault
>>Commentaires

Élections européennes 2014 

  • BERGER Alain, ROUZIER Jacques. L'espace rural, élargissement conceptuel et orientation méthodologique. Économie rurale. 1995. n°229, 3-10. 
  • BRUNET Roger et al. Les villes « européennes », Paris, La Documentation Française. 1989. 
  • COMMISSARIAT GENERAL DU DEVELOPPEMENT DURABLE, service de l’observatoire et des statistiques. Chiffres et statistiques, le parc locatif social au 1er Janvier 2014. 2014. 
  • COMMISSARIAT GENERAL DU DEVELOPPEMENT DURABLE, service de l’observatoire et des statistiques. 2013. Chiffres et statistiques, Le parc locatif des bailleurs sociaux au 1er Janvier 2013. 
  • DI MEO, Guy, Les métropoles des pays développés, BAILLY Antoine, FERRAS Robert et PUMAN Denise, Encyclopédie de géographie. Paris Economica, 1995. 697-712
  • DI MEO, Guy. Géographie sociale et territoires. Paris. Nathan. 1998.
  • DI MEO, Guy, Introduction au débat sur la métropolisation : une clé de lecture pour comprendre l’organisation contemporaine des espaces géographiques. UMR 5185 ADES CNRS Université de Bordeaux. 2008. En Ligne « https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00281654/document »
  • DREAL, Languedoc Roussillon. Habitat et logement, synthèse en Languedoc Roussillon. DREAL. 2014.
  • DREAL, Languedoc Roussillon. Observations et statistiques, la demande locative sociale en Languedoc Roussillon fin 2009. DREAL. 2010.
  • DUBY Georges (dir). Histoire de la France urbaine, la ville aujourd’hui. Paris. Seuil Tome 5. 1985.
  • FONDATION L’ABBE PIERRE. L’état du mal logement en Franc, 19e rapport annuel. Fondation Abbé Pierre. 2014.
  • FONDATION L’ABBE PIERRE. L’état du mal logement en France 20e rapport annuel. Fondation Abbé Pierre. 2015 
  • FONDATION L’ABBE PIERRE. L’état du mal logement en France, Languedoc Roussillon, un éclairage régional. Fondation Abbé Pierre. 2015.
  • GUIEYSSE Jean-Albert, et REBOUR Thierry. Crise, métropolisation, et aménagement. Cybergeo : European Journal of Geography, 2014. En ligne « http://cybergeo.revues.org/26636 »
  • GUILLUY, Christophe. Les métropoles et la France périphérique : une nouvelle géographie sociale et politique. Le Débat, 2011 n°166. 
  • GUILLUY, Christophe. Fracture Française. Paris. Flammarion. 2013.
  • GUILLUY, Christophe. La France Périphérique, comment on a sacrifié les classes populaires. Paris. Flammarion. 2014.
  • HERVIEU Bertrand, VIARD Jean, Au bonheur des campagnes (et des provinces), Marseille, L'Aube, 1996.
  • INSEE. Pauvreté des travailleurs et bas salaires dans l’Hérault. 2009. 
    En ligne : « http://insee.fr/fr/insee_regions/languedoc/themes/synthese/syn0905/syn0905.pdf »
  • INSEE. Près d’un habitant du Languedoc-Roussillon sur cinq vit en dessous du seuil de pauvreté. 2011.
    En ligne : «http://insee.fr/fr/insee_regions/languedoc/themes/chiffres/chi1103/chi1103.pdf »
  • INSEE. Montpellier agglomération : Quels scénarios démographiques à l’horizon 2030 ? 2012. En ligne : « http://insee.fr/fr/insee_regions/languedoc/themes/synthese/syn1202/syn1202.pdf »
  • INSEE, Analyses. Avec la crise économique, la pauvreté et les inégalités s’accentuent dans l’Hérault. 2015. En ligne : « http://www.insee.fr/fr/insee_regions/languedoc/themes/insee-analyses/la_ina_07/la_ina_07.pdf »
  • KESTEMAN Nadia, Le mal logement, Paris. Caisse Nationale des Allocations familiales. 2014
  • LEVY, Jacques. Réinventer la France : Trente cartes pour une nouvelle géographie. Editions Fayard. Paris. 2013.
  • MATHIEU Nicole. La notion de rural et les rapports ville-campagne en France Les années quatre-vingt-dix. In: Économie rurale. 1998. N°247, 11-20
  • MORA Olivier. Les nouvelles ruralités à l'horizon 2030, Versailles Cedex, Editions Quæ « Update Sciences & Technologies », 2008. 112 pages.
  • SIBERTIN-BLANC Mariette. « La culture dans l’action publique des petites villes. Un révélateur des politiques urbaines et recompositions territoriales », Géocarrefour, 2008. Vol. 831 5-13.
  • VANONI Didier, ROBERT Christophe. Logement et cohésion sociale, le mal logement au cœur des inégalités. Paris. La Découverte. 2007.
  • VIARD, Jean. Nouveau portrait de la France : La société des modes de vie. Nouvelles éditions de l’Aube. Paris. 2012.
Alexandre Brun, coordinateur du programme

Université Montpellier Paul Valéry
Site Saint-Charles
Route de Mende
34199 Montpellier

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
tel : 00 33 (0)4 11 45 71 02

Editeur du site :
CNRS/UMR ART-Dev
Université Montpellier Paul Valéry
Site Saint-Charles
Route de Mende
34199 Montpellier 

Copyright : ©CNRS

Conception-réalisation-design : Sandrine Dalmar et Alexandre Brun

Crédits photos : Alexandre Brun, Fanny Rousson 

Auteur tableau aquarelle : Dominique Ganibenc 
Toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit interdites 

Cartographie : Stéphane Coursière

 Mutations logoAP     ArtDevLogoNB