Les projets

Délimitation territoriale par zonage AOC

2006-2007

 

L'objectif du programme est de construire un diagnostic territorial susceptible de déterminer un zonage d'appellation. C'est donc une démarche à la fois expérimentale et en même temps appliquée à un territoire de projet. Dans le contexte de la création du périmètre d'étude (territoire Duché d'Uzès), le programme privilégie une méthode d'analyse d'ordre multicritère applicable aux territoires d'études (selon la nature des données utilisées et le choix des variables les plus pertinentes en fonction des éléments à intégrer dans cette approche territoriale).

Terrain d'étude : France, Région Duché d'Uzès (Gard)

L’objet de la recherche est de réaliser un travail prospectif visant à proposer une délimitation géographique d’un zonage d’appellation d’origine contrôlée potentielle, en tenant compte de critères diversifiés, à la fois du milieu viticole, mais également en tenant compte des autres formes de diversité rurale qui caractérisent les territoires de faible densité. L’idée de départ de ce travail est de construire un diagnostic territorial, à partir de méthodes quantitatives (classification hiérarchique mixte). C’est donc une démarche à la fois expérimentale (méthode déjà utilisé par le laboratoire pour d’autres types de zonage) testée ici sur le territoire Duché d’Uzès.

Financement du programme

Convention INAO/CNRS

Membres ART-Dev

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., MCF, Université Montpellier 3
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., MCF HDR, Université Montpellier 3
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., IE, CNRS

Membres d’autres laboratoires en France

  • Selma Tozanli, IAMM Montpellier

Partenaires en France

 

  • DEDEIRE M., GIRAUDEL J.L. (2006), La distance cognitive avec le territoire d’origine du produit alimentaire : une mesure par les réseaux de neurones (Kohonen), Revue d’économie rurale, (à paraître), 18 p.
  • DEDEIRE M., CHEVALIER P. (coord.) (2006), Introduction Qualités et territoires, Revue de l’économie Méridionale, 1/213, 1-13.
  • DEDEIRE M. TOZANLI S. (2006), Ancrage territorial et distance : le paradoxe de l’acculturation, Séminaire de recherche Maison des sciences de l’Homme, groupes « filières qualité et territoires », Montpellier, 10 p.
  • DEDEIRE M., CHEVALIER P. (coord.), (2006) Qualités et territoires, Revue de l’économie Méridionale, 1/213, 103 p.
  • Préparation d’un Numéro spécial de la revue AO food en 2008. Appel à article pour la revue « Anthropology of food » (2008), Alimentation et migration : échanges et distances.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Programme national de recherche-action POPSU - Plateforme d’Observation des Projets et Stratégies urbaines

2005-2008

 

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Professeur émérite, Université Paul Valéry, Montpellier III
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Professeur, Université de Nîmes

 

Stratégie de desserte des trains à grande vitesse, expériences des villes moyennes

2005-2007

 

De façon croissante, le TGV constitue un outil de desserte et de mise en connexion des territoires métropolitains européens tout autant qu’un outil majeur de développement local. Si ces thématiques ont fait l’objet d’interrogations scientifiques pour les métropoles et les grandes villes européennes, quand est-il pour les villes moyennes, échelon intermédiaire dans les stratégies de desserte et de connexion de la grande vitesse européenne. L’étude se partage en deux temps. En un premier lieu, il s’agit d’interroger les premières expériences de desserte des TGV dans les villes moyennes pionnières de la grande vitesse (Le Mans, Avignon, Nîmes, Utrecht, Mannheim) à partir d’une grille de lecture commune intégrant : retombées économiques, modifications des projets de ville, accessibilité, tourisme, qualité de vie, tourisme et promotion urbaine. Un second temps est consacré à une approche prospective des retombées de la future ligne Perpignan / Barcelone et de ses effets dans la structuration d’un réseau urbain trans-frontalier.

Terrains d’étude : Perpignan, Gérone, Figuères, Le Mans, Nîmes

Financement du programme

Convention cadre Interreg III A FEDER, Union Européenne

Membres MTE

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (MCF, Université de Perpignan, FRE 3027)
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (PR, Université de Perpignan, FRE 3027)

Partenaires à l’étranger

  • Jaume Feliu, Géographe, Université de Gérone
  • Daniel Paul , Géographe, CIERA, Université de Lleida
  • Jaume VallsRudi de CastroMercè Bernardo, économistes, Université de Gérone

Réseau de collaborations

  • Université de Perpignan
  • Mairie de Perpignan
  • Conseil général des Pyrénées Orientales
  • Université de Gérone
  • Ajuntament de Girona
  • Université de Lleida
  • Ajuntament de Lleida
  • Diputacio de Lleida
  • Ajuntament de Figueres
  • Ajuntament del Prat de Llobregat
  • Congrès : L’impact du TGV sur les mobilités transfrontalières, 2 juin 2006, Palais des rois de Majorque, Perpignan
  • Jornada de cloenda del projecte Interreg : L’impacte social i economic del TAV a les ciutats mitjanes, 27 septembre 2006, Figueres, Espagne
  • Séminaire : Quelle géopolitique des régions transfrontalières de la France ?, organisé par MTE FRE 3027 et l’Universitat de Girona, 13 mai 2007, Perpignan

Numéro spécial de Sud ouest Européen (2008)

Groupe d'études Réseaux et Territoires

2004-2008

 

Etude des TIC et des réseaux de tous types dans leurs relations avec les territoires. Construction de nouvelles territorialités et dynamiques territoriales, notamment en relation avec la mondialisation économique, le développement local, la métropolisation et la gestion urbaine.

Terrains d’étude : Europe méditerranéenne, France, Afrique

Coordinateurs du programme

Henry BAKIS (PR, Université de Montpellier 3)

Membres MTE

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (PR, Université Montpellier 3)
  • Michel MBADINGA (Docteur en Géographie, Université Montpellier 3)
  • Gisele MAKIELA (Docteur en Géographie, Université Montpellier 3)
  • Doctorants : ADA NZOUGHE CorineDUPUY Mylène
  • Jérémie VALENTIN (Master ; Allocataire sept. 2007)

Réseau de collaborations

 

NETCOM, Revue géographique sur les TIC, les réseaux, la société de l’information

Différenciation et recomposition des territoires ruraux en Europe centrale

2004-2007

 

Dans la perspective de l’élargissement de l’Union européenne, la transition socioéconomique des anciens pays socialistes présente, à l’issue du temps court du changement contemporain, un certain nombre d’acquis. Les principes de l’économie planifiée ont été abandonnés au profit du système de l’économie de marché. Dans les campagnes, la décollectivisation de l’agriculture a été partout conduite, en même temps que les nouveaux régimes en place affirmaient la volonté de démocratiser la gestion politique locale, afin de susciter et d’encadrer le développement socioéconomique à l’échelle locale. Ce changement a été introduit par rapport à un référent dominant, le système socioéconomique de l’Europe occidentale. Plus rapidement que pouvait à priori le laisser supposer l’inertie d’un système socialiste qui avait transformé en moins d’une génération les structures économiques, les maillages territoriaux et les formes de l’occupation et de la mise en valeur, la transition a retourné les logiques de gestion des espaces. Dans les campagnes, la dynamique se résout alors implicitement à un transfert de modèle d’aménagement et de développement rural. Ce dernier exige d’adopter de nouveaux modes de valorisation des ressources locales, en particulier sur la base d’initiatives endogènes et de la mobilisation des acteurs locaux. Dans le même temps, il implique de reconsidérer et de diversifier les ressources locales, dont la valorisation socioéconomique entraînera dans les espaces ruraux des changements fonctionnels profonds, associant aux fonctions héritées de production de denrées alimentaires, des fonctions nouvelles de résidence, de conservation des patrimoines ruraux et de récréation.

L’intention politique postule ici la prééminence du changement social sur le changement spatial, et fait du changement social, le facteur principal de la recomposition territoriale. Or, la complexité de la réalité géographique, celle qui renvoie aux lieux, à leur physionomie, et à leur structuration, conduit à considérer, dans le processus en cours, la diversité des trajectoires territoriales. Les modalités de la transition ne sont par les mêmes partout. Elles ne sont ni immédiates, ni univoques. Plus précisément, la réponse des sociétés locales au changement socioéconomique diffère selon les pays, selon les régions, selon les lieux. Il apparaît que les trajectoires territoriales s’inscrivent alors dans des durées différentes, qui s’articulent certes pour produire de nouveaux territoires, mais qui distinguent cependant le temps court du changement social et le temps long de l’évolution des structures spatiales. Le premier renvoie aux rapport sociaux de production, qui ont été redéfinis dans les pays en transition par la redistribution de la propriété de la terre et des moyens de production. Le second relève des héritages territoriaux, de la stratification des systèmes spatiaux, plus ou moins visibles dans les formes spatiales et les paysages, qui jouent, par leurs inerties ou leurs récurrences, sur le processus contemporain de transition.

Le projet vise donc à renouveler la connaissance des processus de différenciation spatiale à partir d’une analyse des trajectoires de recomposition des territoires ruraux en Europe post-communiste (nouveaux Länder de la RFA, République tchèque, Hongrie, Slovaquie, Lituanie). L’objectif principal, soutenu par des choix méthodologiques qui associent la cartographie statistique et les enquêtes de terrain, est de comprendre comment ont co-évolué le changement social et le changement spatial, au cours de la sortie du communisme et de la phase de préparation à l’intégration à l’Union européenne.

Terrains d’étude : Allemagne, Hongrie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie

Coordinateurs du programme

Marie-Claude MAUREL (UMR 8083 du CNRS, EHESS), Guillaume LACQUEMENT (MTE, FRE 3027 du CNRS)

Financement du programme

Programme ACI (Action Concertée Incitative) « Espaces et territoires » Ministère de la Recherche

Membres MTE

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (MCF, Université Montpellier III, FRE 3027)
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (MCF, Université de Perpignan, FRE 3027)
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (MCF, Université Lyon III, FRE 3027), 

Membres d’autres laboratoires en France

  • Marie-Claude Maurel, UMR 8083 du CNRS, EHESS
  • Jean-Claude Raynal, EHESS

Partenaires à l’étranger

  • Jurgita MACIULYTE, Université de Vilnius
  • CIERA, Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne

Colloque Les disparités régionales en Europe centrale organisé par MOST UNESCO, Institut de Sociologie de l’Académie des Sciences de Slovaquie, CEFRES, octobre 2007, Bratislava 
Responsables scientifiques :

  • Marie-Claude MAUREL, Directrice d’études à l’EHESS, directrice du CEFRES, Prague,
  • Béatrice von HIRSCHHAUSEN, Chargée de recherches, Centre Marc Bloch, Berlin,
  • Guillaume LACQUEMENT, Maître de conférences, Université de Perpignan
  • LACQUEMENT G., Les changements fonctionnels dans les territoires ruraux des nouveaux Länder allemands, in BAGF, Bulletin de l’Association des Géographes Français, 2/2005, pp. 155-167.
  • MAUREL Marie-Claude et LACQUEMENT Guillaume (dir.), Agriculture et ruralité en Europe centrale, éd. Aux Lieux d’être, à paraître 2007.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Connaissance et perception territoriale de la Noix de Périgord (AOC) selon l’origine géographique des consommateurs et leur éloignement par rapport au lieu de production Dordogne

2003-2006

Le titre du projet proposé « Connaissance et perception territoriale de la Noix de Périgord (AOC) selon l’origine géographique des consommateurs » illustre parfaitement l’orientation que l’on donne au projet. La problématique de la noix du Périgord est qu’elle souffre actuellement d’un manque de notoriété du fait, semble-t-il, de la présence d’autres produits AOC sur la noix comme celle de Grenoble. La noix de Périgord, qui est AOC depuis 2002, est en partie confrontée à celle de Grenoble qui a une antériorité de 64 ans sur celle de Périgord. L’idée de cette étude est donc de mener une réflexion sur les processus de connaissance de la noix de Périgord selon l’origine géographique des consommateurs, sachant que ce type d’étude est actuellement très peu utilisé et donc novateur. Pourquoi s’intéresser aux origines géographiques des consommateurs potentiels ? En fait, à l’inverse des produits alimentaires dits standardisés (produits dans n’importe quel espace), le produit AOC est originaire d’un espace déterminé. On peut, par conséquent, concevoir l’impact de l’éloignement géographique sur la perception du produit car il n’existe « qu’une zone de production ». De plus, une partie de la valeur du produit perçu par le consommateur est une valeur territoriale. L’hypothèse de l’étude est la persistance d’une valeur territoriale liée à la connaissance du produit pour que ce produit soit consommé hors de son territoire d’origine de production.

On peut considérer que le premier intérêt est un élargissement du champ scientifique disciplinaire, les processus de consommation en relation avec la qualité alimentaire font référence à des aspects multiples des disciplines des sciences de l’homme.

L’autre intérêt est l’utilisation de nouveaux outils pour les sciences humaines, avec notamment des applications de techniques de la biologie (réseaux de neurones et notamment l’algorithme de Kohonene, carte de). Le partenariat avec le CNRS et le département de la Dordogne est fondamental pour l’expérimentation des concepts de territoire cognitif dans la consommation alimentaire.

Méthodes nouvelles

Les méthodes choisies reposent sur plusieurs nouveautés.

D’une part, on utilisera une cartographie originale par interpolation spatiale, c’est-à-dire que l’on pourra déterminer les zonages d’influence des parcelles AOC dans l’espace régional. Cela permettra de déterminer de façon élargie, les frontières au-delà desquelles les perceptions du territoire AOC ne sont plus opérationnelles.

D’autre part, la phase d’enquêtes sera étudiée avec des techniques originales des réseaux de neurones. Cette technique a l’avantage de réduire le nombre des personnes enquêtées, car les relations que se trouvent entre les variables et les individus constituent l’essentiel de la démarche de recherche. Entre les lieux de production de la noix et les lieux de consommation (en somme le lieu de résidence), on pourra déterminer les effets du déplacement géographique sur la perception du produit noix de Périgord.

Financement du programme

CNRS

Membres MTE

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (MCF Université Bordeaux 4), coordinateur général du programme

Membres d’autres laboratoires en France

  • Jean-Luc Giraudel (Université Bordeaux 4 et LPTC, UMR CNRS 5255, Université Bordeaux I)
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (IMBE Aix-en-Provence)

 

  • DEDEIRE M. (2004) Dynamiques économiques des paysages à travers les biens tangibles reconnus : l’exemple des produits d’origine géographique, In L’évaluation du paysage : une utopie nécessaire, édition Université Montpellier 3, 107-122.
  • DEDEIRE M., GIRAUDEL J.L. (2006) La distance cognitive avec le territoire d’origine du produit alimentaire : une mesure par les réseaux de neurones (Kohonen), Revue d’économie rurale, (article à paraître)
  • DEDEIRE M., GIRAUDEL J.L. (2005) Mesure de la sensibilité des individus au territoire de provenance d’un POG par la méthode des réseaux de neurones (carte de Kohonen), Colloque de la Société Française d’Economie Rurale (SFER) « Au nom de la Qualité », Clermont-Ferrand, 5-6 Octobre, 16 p.
  • DEDEIRE M., RAYNAL J.C. (2005) Sensibilité spatiale des consommateurs, Essai cartographique de la connaissance territoriale potentielle des produits de terroir, Colloque international l’Association de Science Régionale en Langue française (ASRDLF), Dijon, 7-9 septembre.22 p.
  • DEDEIRE M. GIRAUDEL J.L. (2004) Perception d’un produit d’origine géographique selon les individus et leur sensibilité au territoire de production par la méthode des réseaux de neurones (carte de Kohonene), Communication au séminaire de recherche pluridisciplinaire Atelier de recherche, CRIT et UMR CNRS 5472 - LPTC Bordeaux I, Université Bordeaux 4-Périgueux, 15 p.
  • DEDEIRE M. (2004) Dynamiques économiques des paysages à travers les biens tangibles reconnus : l’exemple des produits d’origine géographique, Colloque L’évaluation du paysage : une utopie nécessaire, les 15 - 16 janvier, Montpellier, 16 p.
  • BERGER A., CHEVALIER P., DEDEIRE M., (2007) Ressources territoriales et modalités de valorisation, Colloque il governo delle risorse locali, XXIII Rencontre ARETHUSE - 26 au 28 septembre 2007, Molise (Italie), 21 p.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CIRCULEX - Circulations de normes et réseaux d’acteurs dans la gouvernance internationale de l’environnement

2013-2015

 

Circulex est un projet de recherche pluridisciplinaire financé par l’Agence nationale de la recherche française. Il analyse les circulations de normes et les réseaux d’acteurs dans la gouvernance internationale de l’environnement.
Les outils et formes de coopération internationale mis en place après la deuxième guerre mondiale s’avèrent peu performants pour faire face aux menaces globales pesant sur l’environnement dont l’ampleur est confirmée par tous les rapports scientifiques récents. Le droit international doit aller au-delà de sa fonction traditionnelle de support de la coopération entre États puisqu’il s’agit désormais également de définir des règles et standards ayant vocation à pénétrer les ordres juridiques nationaux, dans le but de faire converger, voire d’harmoniser les politiques et droits nationaux de l’environnement. Outre une expansion remarquable du droit international (on parle d’une treaty congestion), les outils et formes de coopération internationale ont connu des évolutions majeures pour faire face à ces menaces globales : formes de l’expertise renouvelées, développement de processus multilatéraux de décision, naissance de nouvelles formes de normativité, rôle croissant des acteurs privés, développement de nouvelles modalités de contrôle international public et privé. Cependant, face aux menaces environnementales globales, la gouvernance internationale demeure fragmentée. Sans législateur ni exécutif centralisé, coexistent sur la scène internationale de multiples producteurs/disséminateurs de normes. Le projet d’une organisation mondiale de l’environnement n’a pas abouti à ce jour et une telle organisation ne suffirait pas à intégrer la multitude de « sites de gouvernance » [Snyder, 2010] faiblement articulés entre eux pas plus qu’avec les dispositifs de régulation à l’échelle mondiale dans d’autres domaines (commerce, investissement, droits de l’homme), bien que certains travaux mettent en évidence des architectures naissantes, distinguant les relations de synergie, coopération et conflit entre régimes [Biermann, 2009]. Cette gouvernance internationale de l’environnement a d’abord été analysée à travers le prisme des « régimes internationaux » définis comme un ensemble de principes, de normes, de règles et de procédures de décision implicites ou explicites, autour desquels les attentes des acteurs convergent dans un domaine spécifique et qui contribue à orienter les comportements dans une certaine direction et correspondant le plus souvent en pratique à des espaces conventionnels déterminés. Mais plus récemment il a été mis en évidence que ces régimes s’inscrivent dans des réalités plus complexes qualifiées de « complexes de régimes ». Ces complexes sont composés de trois ou davantage de régimes internationaux spécifiques, traitant chacun d’un aspect différent d’une question, qui coexistent et interagissent sur le plan substantiel ou opérationnel sans être nécessairement étroitement coordonnés, tout en opérant à côté d’autres mécanismes de gouvernance impliquant des firmes privées et des organisations non gouvernementales. Fort de cet ancrage conceptuel, au croisement du droit international, des relations internationales, de l’analyse des politiques publiques, de l’économie et de la sociologie, ce projet consistera à analyser les conditions, manifestations et les effets des circulations de normes et d’acteurs au travers de l’analyse de deux grands complexes de régimes internationaux (biodiversité, climat). Le constat de l’éclatement étant désormais bien connu et établi, il nous semble important de nous intéresser à ces processus et de les analyser en termes de réseaux, en s’interrogeant particulièrement sur les circulations entre normes et acteurs. Nous nous attacherons ainsi à mettre en évidence et mesurer la « perméabilité » des éléments des complexes de régimes. Nous proposons d’identifier plus précisément comment s’effectue la circulation des éléments constitutifs de ces complexes (de jure, de facto), pour in fine en apprécier les effets induits en termes de gouvernance internationale.

Les objectifs scientifiques de ce projet sont donc les suivants :

  • d’abord la production de connaissances inédites sur les complexes de régimes et la gouvernance globale de l’environnement 
  • l’innovation méthodologique ensuite avec la combinaison des méthodes quantitative et qualitative 
  • enfin une contribution théorique importante sur la perméabilité des réseaux de normes et d’acteurs, alors que les travaux sur ces aspects dans différents domaines du droit, de la science politique, de la sociologie et de l’économie sont rarement articulés entre eux. 

    Outre la dimension interdisciplinaire, des résultats originaux sont également escomptés pour chaque discipline. Le projet est donc ambitieux en termes de valorisation et d’insertion dans les réseaux internationaux, conformément aux priorités de l’ANR.
    En droit international, le projet permettra de faire progresser la compréhension des évolutions de la normativité internationale à travers l’analyse comparative des cas des complexes de régimes du climat et de la biodiversité. 
    En sciences politiques et sociologie, le projet vise à mieux comprendre les nouvelles formes de « gouvernance environnementale globale » qui se sont faites jour en matière de changement climatique et de biodiversité. 
    En sciences économiques, le projet fournit l’occasion de renouveler les méthodes de modélisation des négociations internationales en exploitant la théorie des réseaux, pour rendre compte et étudier les effets des complexités évoquées ci-dessus, notamment en termes de variété des acteurs et de leurs interactions et aussi en termes de co-processus parallèles et interdépendants.

Financement du projet
ANR Metamorphoses des sociétés globalisation et gouvernance

Membres ART-Dev impliqués
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., chercheur CIRAD, sociologie
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., chercheur CIRAD, sociologie

Membres d’autres laboratoires en France
CERIQ, contact Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
Centre Emile Durkheim, contact Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Partenaires à l’étranger 
VARELLA Marcelo, Professeur, Centre universitaire de Brasilia
TIGNINO Mara , Lecturer Université de Genève
SAVARESI Annalisa, Post doc Université d’Edinburgh
LAVALLEE Sophie, Professeur Université de Laval, Canada
MBENGUE Makane, Lecturer Université de Genève

Atelier de lancement du projet 1er juillet 2013, Aix en Provence

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ENGOV - Environmental Governance in Latin America and the Caribbean

2011-2015

 

 

"Environmental Governance in Latin America and the Caribbean : Developing Frameworks for Sustainable and Equitable Natural Resource Use" (ENGOV) is a collaborative research project funded by the European Commission. ENGOV focusses on the obstacles and possibilities for sustainable production systems that can generate both economic development and a more equitable knowledge input and distribution of benefits across ethnic, socioeconomic and gender lines in order to decrease poverty, exclusion, and environmental degradation in Latin America.
The project’s central objective is to understand how environmental governance is shaped in Latin America and to develop a new analytical framework for environmental governance in the region.

In order to develop "Latin American perspectives", the project is built up around two main aspects of environmental governance in the region :

1) the social context in which environmental governance is shaped, including historical, structural, institutional and information backgrounds ; and

2) production systems and challenges to environmental justice The nine main themes of the research, all directed by one of the partner institutions, are :

  • Historicising unequal resource distribution
  • Shifting elites and institutions in environmental governance
  • Strategic actors and responsible consumption
  • Building and exchanging knowledges on natural resources
  • Analysing poverty and sustainable development
  • Resource extraction conflicts compared
  • Local solutions towards environmental justice
  • Mitigation and adaptation to climate change
  • Crossing boundaries in environmental governance

The project is managed by the Centre for Latin American Research and Documentation (CEDLA)
www.cedla.uva.nl

Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Project funding : European Commission

ART-Dev members involved : Ludivine Eloy (CR1 CNRS)

Team :

  • Consejo Latinoamericano de Ciencias Sociales (CLACSO)
    Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    www.clacso.org.ar
  • Institut de Ciència y Tecnología Ambientals, Universitat Autònoma de Barcelona (ICTA-UAB)
    Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    www.icta.uab.cat
  • Institute de Recherche pour le Développement (IRD) Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    www.ird.fr
  • Centre for Development and the Environment - University of Oslo (SUM-UiO) Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    www.sum.uio.no
  • Centro de Desenvolvimento Sustentável, Universidade de Brasília (CDS-UnB) Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. and Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    www.unbcds.pro.br/pub
  • Universidad Autónoma Metropolitana, Unidad Xochimilco (UAM-Xoc) Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    www.xoc.uam.mx
  • Instituto de Estudios Avanzados − Universidad de Santiago de Chile (IDEA-USACH) Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    idea.usach.cl
  • Gino Germani Research Institute (IIGG) Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    iigg.sociales.uba.ar
  • Universidad Andina Simón Bolívar, Sede Quito (UASB-SQ) Coordinator : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    www.uasb.edu.ec
  • Martinez-Alier, J., Kallis, G., Veuthey, S., Walter, M. and Temper, L. (2011) “Social Metabolism, Ecological Distribution Conflicts and Valuation Languages”, Ecological Economics 70(2) : 153-158 [ICTA]
  • Toni, F. & I.A.R. Ferreira (2011) “De quem é o carbono ? Descentralização recentralização e a implementação do REDD+ no Brazil”, in S. Sauer& W. Almeida (Orgs.) Terras e Territórios na Amazônia : Demandas, Desafios e Perspectivas, Brasília, Editora UnB [CDS]
  • Hogenboom, Barbara, “Depoliticized and Repoliticized Minerals in Latin America”, Journal of Developing Societies June 2012 28 : 133-158, Special Issue : The New Politics of Mineral Extraction in Latin America, Vol. 28, No. 2, June 2012, Guest editor : Barbara Hogenboom see also (click) [CEDLA]
  • Muradian, Roldan, Mariana Walter, Joan Martinez-Alier, "Hegemonic transitions and global shifts in social metabolism : Implications for resource-rich countries". Introduction to the special section, Global Environmental Change, Available online, ISSN 0959-3780. (click) [ICTA]
  • Baud, Michiel, Fabio de Castro, Barbara Hogenboom (2011) “Environmental Governance in Latin America : Towards an Integrative Research Agenda” (Exploraciones/Explorations), European Review of Latin American and Caribbean Studies 90, April 2011 p. 79-88. Portuguese version (click). English version
  • Urkidi, Leire, and Mariana Walter (2011) “Dimensions of environmental justice in anti-gold mining movements in Latin America”, Geoforum 42 p. 683–695 (click)
  • Perez Manrique, P., Brun, J., Gonzalez-Martinez, A.C., Walter, M., Martinez-Alier, J., (2012). The Biophysical Performance of Argentina (1970–2009). Accepted for publication in the Journal of Industrial Ecology.
  • Montserrat, M.M., Ortega Cerdà, M., Villegas, E.M., Ramos Martín, J., 2011. Conflictos socio-ambientales de la acuicultura del camarón en Centroamérica. Un análisis desde la justicia ambiental. Fundación Barcelona. (click)
  • Eloy, L., Coudel, E. & Toni, F. (eds.). 2013. Dossiê : Pagamentos por Serviços Ambientais no Brasil, Brasilia : Sustentabilidade em Debate, 4(1).
  • Eloy, L., Coudel, E. & Toni, F. 2013.Implementando Pagamentos por Serviços Ambientais no Brasil : caminhos para uma reflexão crítica. Sustentabilidade em Debate, 4, 21-41.

Coordinator : Barbara Hogenboom 
www.cedla.uva.nl

Ludivine Eloy Costa Pereira
CNRS UMR Art-Dev 5281
Université Montpellier 3, Site Saint-Charles - Rue Henri Serre
34090 Montpellier
Tél. : +33(0)4.11.75.71.00
http://art-dev.cnrs.fr/

Centro de Desenvolvimento Sustentável / Universidade de Brasilia 
Campus Universitário Darcy Ribeiro - Gleba A, Bloco C - Av. L3 Norte, Asa Norte - Brasília-DF, CEP : 70.904-970
Telefones : 55(61) 3107-6001
http://www.unb.br/sobre/cds

NARS - Collective action and agricultural productivity in Egypt’s New Lands (Nasr canal area)

2012-2015

 

La production agricole est un processus complexe qui dépend de la combinaison coordonnées de diverses actions et intrants. Les efforts visant à augmenter la productivité sont en général concentrés sur les aspects techniques, et laissent peu de place à la question fondamentale de la coordination des acteurs et de l’intégration de leurs actions. Ce projet interdisciplinaire se penche sur l’analyse et l’amélioration de l’action collective dans la zone du canal Nasr (le plus long canal des nouvelles terres) en considérant l’ensemble de la chaine de production 

  • en amont (la question de la gestion des engrais et autres intrants), au cours de la production (la gestion sociale de l’eau à différents niveaux), 
  • et en aval (flux d’information et action collective autour de la question de la commercialisation). 
    Il aborde également un des problèmes les plus aigus des nouvelles terres –les pertes de production pré/post-récolte- et explore comment la quantité/qualité finale des produits et les taux de pertes sont liés à la gestion individuelle et collective des intrants (engrais/eau, qui déterminent la sensibilité aux maladies et au pourrissement), ainsi qu’à la coordination des acteurs dans les opérations post-récolte. Les interfaces sociales clés étudiées par le projet comprennent les coopératives (entre le marché, l’état, et les agriculteurs), les Associations d’Usagers de l’Eau (entre les gestionnaires et les irrigants), l’interface agriculteur/éleveurs, et les filières de commercialisation (entre les producteurs, les intermédiaires, et les grossistes).
Le projet a pour objectif de comprendre comment les contraintes liées à la gestion de l’irrigation dans les Nouvelles Terres affaiblissent la position des agriculteurs sur les marchés des fruits et des produits maraichers et dans quelle mesure une action collective permettrait d’alléger cette contrainte
L’objectif du projet est d’améliorer ces interfaces sociales et l’action collective autour des différentes étapes de la production dans les nouvelles terres en Egypte. Son originalité réside dans la manière avec laquelle il identifie et traite les interrelations entre, d’une part, les différentes étapes de la production et la productivité finale et, d’autre part, les différentes interfaces sociales, mobilisant plusieurs disciplines (sociologie, géographie humaine, économie, biologie).

Coordinateurs du projet
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., IRD

Financement du projet
-Joint Innovative Projects Fund , Science & Technology Development Fund (Egypt) 
-IRD (France)

Membres ART-Dev impliqués
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Economie, Chercheur, CIRAD

Membres d’autres laboratoires en France
-François Molle, IRD / International Water Management Institute (IWMI)

-Véronique Alary, CIRAD, SELMET

Partenaires à l’étranger
-Diaa El-Ansary, Precision Agricultural Laboratory (PAL), Faculty of Agriculture, El-Shatby, Alexandria University, Alexandria, Egypt 
-Dr El-Hussein Abdel-Lattif Mabrouk El-Saify Department of Agricultural Economics of Alexandria University

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., CIRAD

2011-2013

MOUVE : Les interactions Elevage et Territoire dans la mise en mouvement de l’intensification écologique

ANR SYSTERRA

 

Le projet MOUVE, porté par INRA, CIRAD et Cemagref, a pour objectif de produire des connaissances pour comprendre et rendre compte des conditions, des formes possibles et des implications d’une intensification écologique (IE) de l’élevage d’herbivores à l’échelle des territoires. L’approche combine agronomie – zootechnie système, écologie, sociologie et géographie. Sur le plan méthodologique, il s’appuie sur l’analyse comparative de 8 territoires contrastés d’élevage extensif (2 en Amérique du Sud, 1 en Afrique Sud saharienne, 2 en Méditerranée, 3 dans les montagnes françaises). Les contrastes portent sur les paysages, les pressions qui s’exercent sur l’activité et sur les dynamiques propres de l’élevage. Le projet met en relation dans chaque terrain, et à l’échelle du projet : 1) les attendus de DD tels que réfléchis par les acteurs concernés par le devenir des territoires. Ces attendus, discutés avec des méthodes participatives, précisent également quelle(s) forme(s) peut prendre l’intensification écologique, vue comme une ou des réponses à une expression locale des enjeux sur l’environnement et la production animale. 2) les modalités des interactions élevage – territoire. Il vise la formalisation d’un argumentaire spécifique de ce que peut devenir l’élevage en relation avec l’IE, mais en considérant son ancrage territorial local, et sa contribution au DD. Cet argumentaire a pour vocation à être porté dans les instances internationales.

L’objectif du projet MOUVE est de produire des connaissances sur les conditions, les formes possibles et les implications de l’intensification écologique de l’élevage d’herbivores à l’échelle du territoire. Pour cela, le projet met en relation :

- le point de vue des acteurs sur les dynamiques de l’élevage dans leur territoire

- les connaissances scientifiques sur les interactions entre dynamiques d’élevage, environnement et politiques publiques.

D’un point de vue opérationnel, ces travaux doivent contribuer aux débats et politiques sur l’avenir de l’élevage, à l’échelle locale des territoires concernés, comme à l’échelle globale en s’appuyant sur la diversité et la représentativité des terrains d’étude.

Coordinateurs du projet :

  • Benoît Dedieu INRA-SAD
  • Laurent Dobremez IRSTEA–DTGR
  • Jean-François Tourrand CIRAD-ES

Financement du projet : ANR – programme Systerra

Membres ART-Dev impliqués :

  • Eric Sabourin, sociologue
  • Gilles Massardier, politiste

Membres d’autres laboratoires
France : Dix équipes partenaires, environ 150 personnes – de l’Inra, du Cirad, de Irstea, du Cnrs, de l’Isara, de VetAgro-Sup, de l’Institut de l’Elevage et du GIS Alpes-Jura
Brésil : Embrapa Amazonie Orientale (Belém), Université Fédérale du Para (UFPA) et Université de São Paulo (USP São Carlos).
Uruguay : Universidad de la Republica UDELAR et Instituto Plan Agropecuario (IPA)

  • Séminaire lancement MOUVE 23-25/2/2011 La Grande Motte
  • Séminaire plénier MOUVE 29–31/01/ 2013 (île de Giens)
  • 64th EAAP Symposium 2013. Nantes, 26-30, August 2013. Robust and resilient livestock farming systems in a changing world ; LFS innovations for local/rural development
  • Global Agenda of Action in support to a sustainable Livestock development. Multi-Stakeholder Platform Meeting 22-24 January 2013, Nairobi, Kenya
  • Moraes, M.I., De Torres, MF. (2013) Los futuros del pasado : una reflexión sobre los proyectos de desarrollo agrario del Uruguay. Revista de Ciencias Sociales- Facultad de Ciencias Sociales UDELAR
  • Sabourin, E. , Coudel, E. Schneider, S. 2012. Multifunctionality, Rural Policy and Governance in “Agriculture in an Urbanizing Society” International Conference on Multifunctional Agriculture and Urban-Rural Relations, Wageningen, The Netherlands, 1- 4 April 2012
  • Sabourin, E. 2012. Teoría de la reciprocidad y sus aplicaciones para el desarrollo rural. Conférence invitée au Département de Sciences Sociales, UDELAR, Facultad de Ciencias Sociales, Montevideo, Uruguay, 15 mai 2012.
  • Torres Álvarez, MF de (2011) Guardianes de la pradera/controversias en torno a la legitimidad de uso del suelo. VII Jornadas Interdisciplinarias de Estudios Agrarios y Agroindustriales. 1-4 de noviembre, Buenos Aires.
  • Torres Álvarez, MF de (2012) Hacer crecer el ganado : el trabajo asalariado en la ganadería de basalto. XI Jornadas de investigación. La Educación bajo la Lupa. Facultad de Ciencias Sociales, UdelaR, 10 al 12 de septiembre, Montevideo.
  • Torres Álvarez, MF de (2012) Becoming native/ rural future with a caw face. 13° World Congress of Rural Sociology. July 29 to August 4, Lisbon, Portugal.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RESBIO - Visions contemporaines du Cerrado et intersections entre politiques sociales et environnementales

2012-2014

 

Le projet explore les impact des formes actuelles et diverses d’occupation du Cerrado (développement agricole industriel, aires protégées, exploitations familiales etc.) sur les relations socio-économiques et culturels dans les territoires.
On cherche à comprendre la dynamique de l’utilisation et de la gestion du Cerrado et les différentes interprétations de la biodiversité, par l’analyse des politiques gouvernementales qui s’appliquent à la Réserve de Biosphère du Cerrado.
  • publications et productions cartographiques
  • renforcement des pratiques traditionnelles d’usage des ressources 
  • recommandations aux gestionnaires des aires protégées

 

Coordinateurs du projet : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Université Fédérale de Goias/ IESA

Financement du projet : CNPQ, Edital UNIVERSAL CNPq N° 14/2011

Membres ART-Dev impliqués : Ludivine Eloy (CR1 CNRS)

Partenaires:

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. UFG/IESA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. IRD

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. IRD

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. UFG/EA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Correia EMBRAPA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. EMBRAPA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. EMBRAPA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. CDS-UnB

25 janvier 2012
Réunion de lancement du projet RESBIO
Goiânia, 
Université Fédérale de Goiás.

  • Eloy, L. ; Toni, F. 2013. On the other side of the frontier : balancing conservation with development in protected areas of the Cerrado. Conference of the Association of American Geographers. Los Angeles, USA : April 2013.

Ludivine Eloy Costa Pereira

CNRS UMR Art-Dev 5281
Université Montpellier 3, Site Saint-Charles - Rue Henri Serre
34090 Montpellier
Tél. : +33(0)4.11.75.71.00
http://art-dev.cnrs.fr/

Centro de Desenvolvimento Sustentável / Universidade de Brasilia 
Campus Universitário Darcy Ribeiro - Gleba A, Bloco C - Av. L3 Norte, Asa 
Norte - Brasília-DF, CEP : 70.904-970
Telefones : 55(61) 3107-6001
http://www.unb.br/sobre/cds

INVALUABLE - Valuation market and policies for biodiversity and ecosystem services

2012-2014

 

The policy objective of INVALUABLE is to support a better informed use (and non-use) of market-based instruments (MBIs) and economic valuations for ecosystem services, biodiversity, and society. Without prejudging the desirability of using these policy instruments and valuations, and taking stock of the contrasted views between stakeholders and countries, teams in the project will eventually inform decision-makers on the range of available options and their consequences with MBIs as a departing point. These decision-makers may be part of government agencies, aid agencies and development banks, NGOs, private companies.
The proposal was framed in response to a context where MBIs have gained great visibility and represent a massive trend, which often does not rely on sound and empirical evidence that they could achieve better results than other approaches. The understanding of MBIs lags far behind their visibility and promotion, because of the substantial ideological biases they carry. In this project we use as a departing point the range of instruments that are classified by at least some authors as MBIs. While acknowledging the lack of relevance of gathering under a same vague label a number of heterogeneous instruments, we adopt this methodological approach in order to avoid prejudgments and in order to establish sound categories according to our own theoretical and empirical researches.

The overall objective is supported by 3 work packages :

  • WP1 looks at the theoretical foundations of MBIs and their emergence in different prevalent as well as marginalized societal discourses, as well as their impacts on collective action and the motivations of agents through modified institutional arrangements and incentives. As such, it combines studies on economic theory, discourses, and behavioural and social consequences associated to the implementation of these policy instruments. These various angles reflect an attempt to move away from the restrictive approach focused on the correction of market failures.
  • WP2 looks at the impacts of various MBIs on the design and implementation of conservation policies. While we might address environmental impacts though land use changes when feasible and social impacts through surveys, we also consider that both types of impacts can also to some extent be assessed through the degree of reinforcement / weakening of conservation policies. Reinforcement is understood here as conservation policies being designed with reliance on scientific knowledge (from environmental and social sciences) and having the means to be enforced. We argue that environmental effectiveness – e.g. conservation policies meeting their stated environmental objectives – is likely to result from this reinforcement. On the other hand, social impacts may be improved by proper recognition of all stakeholders’ interests and thus by the consideration of inputs from social sciences. All in one, such reinforcement seems a fair objective and MBIs may or may not be the most appropriate to support it.
  • WP3 looks at legal / institutional frameworks from the perspective of science and policy interactions for MBI design and implementation. First, we assess whether and how scientific information and different types of knowledge matter and are used for decision-making, especially through existing Science-Policy Interface bodies. Second, we study the role of legal / institutional frameworks in improving the use of economic valuations and other types of knowledge for MBIs. As explained above, the “improved” use does not assume that economic valuations and markets should be used more intensively, even less in all circumstances and for all policy objectives. While the common assumption that available economic valuations would be integrated in policy-making and inform decisions (“we don’t protect what we don’t value”) has fallen short of expectations, we seek to study this “implementation gap” without assuming in the first place that it must be filled.

Partners to the project have collectively agreed on a position paper that is aimed at clarifying the overall direction of the project, the context in which it takes place, a number of working assumptions that all partners have adopted, and statements on several terminology issues that have emerged during the writing of the proposal. Indeed, the participation of as many as ten partners from various horizons and fields has necessarily triggered discussions over the meaning of several key concepts and terms that will be central in the project.

Coordinateurs du projet
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., IDDRI, economist

Financement du projet
This research was funded by the ERA-Net BiodivERsA, with the national funders ANR part of the 2011 BiodivERsA call for research proposals

Membres ART-Dev impliqués
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., sociologist
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., economist 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., sociologist

Membres d’autres laboratoires

  • Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI)
  • Radboud University Nijmegen (CIDIN)
  • Universitat Autònoma de Barcelona (UAB)
  • Centre de coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD)
  • Université Catholique de Louvain (UCL)
  • Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
  • Institute for European Environmental Policy (IEEP)
  • Universität Freiburg (IFP)
  • Wageningen Universiteit (Environmental Sciences Group)
  • Matthieu Wemaëre Cabinet d’Avocats
  • Atelier de lancement avril 2012, Paris, Sciences-po. 
  • Atelier à mi parcours, avril 2013, Sciences po, Paris

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2010-2013

Appui à la définition d’une stratégie régionale en Afrique de l’Ouest dans le domaine de la biomasse énergie – volet biocarburants.

L’objectif de ce projet est de contribuer à la définition d’une politique régionale dans le domaine de la Biomasse Energie afin de favoriser l’accès à l’énergie en milieu rural dans des conditions durables au niveau des pays de l’UEMOA. Le choix des décideurs doit s’appuyer sur une analyse précise et claire, fournis par des scientifiques indépendants, des impacts environnementaux, économiques et sociaux de l’utilisation de la biomasse-énergie.
Quatre thèses sont en cours de réalisation financées par ce projet (2 en économie, 1 en géographie, 1 en génie des procédés). ART-Dev est impliquée dans une des thèses en économie en co-tutelle Paris 11 et 2iE, elle porte sur la relation entre les politiques publiques et les modèles de production en Afrique de l’Ouest et au Burkina Faso en particulier (titre provisoire : Configuration des filières, jeux institutionnels et effets structurants des agrocarburants). Un post-doc ART-Dev a également fait un travail de recherche en économie dans le cadre de ce projet qui a consisté à étudier les déterminants de la demande d’huile végétale de jatropha en substitution au gasoil auprès des propriétaires de moteurs en milieu rural.
Caractérisation de la demande en énergie de production en milieu rural, analyse de la faisabilité technico-économique de l’utilisation d’huiles végétales dans les moteurs, analyse de la viabilité des filières de production de biomasse énergie, recommandations aux politiques.

Coordinateurs du projet : Philippe Girard, CIRAD/2iE Joël Blin, CIRAD/2iE

Financement du projet : Convention avec la Commission Européenne, référence 2008/172-589

Membres ART-Dev impliqués :

  • Marie-Hélène Dabat, économiste
  • Charly Gatete Djerma, économiste, doctorant
  • Jean-Jacques Gabas, économiste, Université Paris 1/CIRAD

Membres d’autres laboratoires :

  • Philippe Girard, biochimiste, CIRAD/2iE, UR Biomasse-énergie Joël Blin, biochimiste, CIRAD/2iE, UR Biomasse-énergie
  • Sylvie Mouras, biochimiste, CIRAD/2iE, UR Biomasse-énergie
  • Laurent Gazull, géographe, CIRAD, UR BESEF
  • Jean-Jacques Gabas, Université Paris 11/ CIRAD
  • Bernard Tallet, géographe, PR, Université Paris 1, UMR PRODIG
  • Didier Lecomte, génie des procédés, Ecole des Mines d’Albi
  • Animation scientifique de conférences internationales sur les biocarburants en Afrique : novembre 2009, novembre 2011, Ouagadougou
  • Djerma G.C., Dabat M.-H., 2012. Biofuels in West Africa : from institutional vacuum to multiactors partnership in the strategies formulation and policies implementation, Communication, 20th European Biomass Conference and Exhibition, Setting the course for a biased economy, Milan, Italy, 18-22 June, 13p, http://www.etaflorence.it/proceedings/index.asp?detail=7985
  • Djerma G.C., Dabat M.-H., 2012. Développement des agrocarburants en Afrique de l’Ouest : une analyse institutionnelle comparative, Communication aux, 6èmes Journées de Recherches en Sciences Sociales SFER-INRA-CIRAD, 13-14 décembre 2012, School of Economics, Toulouse

Hanff E., Dabat M.-H., Blin J., 2011. Are biofuels an efficient technology for generating sustainable development in oil-dependent African nations ? A macroeconomic assessment of the opportunities and impacts in Burkina Faso, Article, Renewable and Sustainable Energy Reviews 15 (2011) 2199-2209, http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1364032111000384

Dabat M.-H., Hanff E., Blin J., 2012. Are Biofuels a Factor of Sustainable Development in a Food Insecurity Context in Africa ? Case Study of Burkina Faso, Chapter in Global Sustainable Development and Renewable Energy Systems, Phillip Olla editor, Madonna University, USA, Publisher IGI Global, 354p, p152-171, http://www.igi-global.com/

Dabat M.-H., Blin J., 2011. Alimentation ou agrocarburant, faut-il choisir ? L’exemple du Burkina Faso / Food or biofuels, must we choose ? The example of Burkina Faso, Article, perspective n°8 Avril, 4p. http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00723557

Dabat M.-H., 2011. Les nouveaux investissements dans les agrocarburants : quels enjeux pour les agricultures africaines ? Article, Afrique contemporaine (237) : 97-109, http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=AFCO_237_0097

Tatsidjodoung P., Dabat M.-H., Blin J., 2012. Insights into biofuel development in Burkina Faso : Potential and strategies for sustainable energy policies, Article, Renewable and Sustainable Energy Reviews 16 (2012) 5319-5330, http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1364032112003620

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.