Les projets

2008-2013

USART - Usages et transmission des savoirs territoriaux en Amazonie

 ANR Jeunes Chercheurs

 

Le projet USART se propose d’étudier comment le « savoir territorial », qui fait en grande partie l’originalité de ces sociétés traditionnelles d’Amazonie, se transmet - et se transforme ‐ entre les générations les plus anciennes et les jeunes générations actuelles.
Quelles sont les propriétés et fonctions essentielles des ʺsavoir territoriauxʺ qui sont préservées et quelles sont les pratiques/représentations qui traduisent une rupture dans les modes d’articulation à l’espace ? Grâce a une méthodologie interdisciplinaire (géographie-anthropologie) nous explorons les usages et savoirs territoriaux en Amazonie en analysant les règles et normes locales d’usage et d’appropriation des espaces, et leurs changements en fonction des logiques de circulation migratoire.
  • publications et productions cartographiques
  • renforcement des pratiques traditionnelles d’usage des ressources
  • recommandations aux gestionnaires des aires protégées

Coordinateurs du projet : F. M. Le Tourneau, CNRS UMR CREDA

Financement du projet : ANR Jeunes Chercheurs

Membre ART-Dev impliqué : Ludivine Eloy (CR1 CNRS)

Equipe : Tourneau François‐Michel (CR – CNRS Centre de Recherche et de Documentation sur l’Amérique latine CREDAL UMR 7169), Caillon Sophie (CR ‐ CNRS Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive UMR CEFE), Greissing Anna (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Amérique latine CREDAL UMR 7169), Kohler Florent (MC –Univ. Tours Centre de Recherche et de Documentation sur l’Amérique latine CREDAL UMR 7169), Marchand Guillaume (Centre de Recherche et de Documentation Géographe sur l’Amérique latine CREDAL UMR 7169), Nasuti Stéphanie (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Amérique latine CREDAL UMR 7169)

20-25 May 2012

Session 12 "Environmental norms, mobility and biodiversity management in Amazonia" , 13th Congress of the International Society of Ethnobiology, Montpellier, France.

Chapitres d’ouvrages de recherche

  • Eloy L., Le Tourneau F. M , Nasuti S., Kohler F., Marchand G., Griessing A. Sous presse. Entre revendications collectives et stratégies individuelles : la patrimonalisation chez les Quilombolas d’Abuí (Fleuve Trombetas, Brésil). In Effervescence patrimoniale au Sud : enjeux, questions, limites, eds. D. Juhé-Beaulaton, M.-C. Cormier-Salem, P. de Robert & B. Roussel. Paris : IRD.
  • Kohler F., Eloy L., Le Tourneau F., Couly C., Nasuti S., Serge D., Sophie C. G., Marchand G., Griessing A. 2011. Globalization in the Amazon Region : conflicting answers from « Quilombo » communities In New knowledge in a new era of Globalization, ed. P. Piotr, Rijeka, Croatia : Intech Open Access, pp. 269-284.

Article soumis pour publication

  • Eloy, L., Brondizio, E.S. & Pateo, R.d. ’New perspectives on mobility, urbanization, and resource management in Amazônia’. Bulletin of Latin American Research.
  • Emperaire, L. & Eloy, L. ’Indigenous farming systems in an Amazon under urbanisation (Rio Negro, Amazonas, Brazil)’. Bulletin of Latin American Research.
  • Nasuti, S., Eloy, L., Raimbert, C. & Le Tourneau, F.M. ’Can rural-urban household mobility indicate differences in resource management within Amazonian communities ?’. Bulletin of Latin American Research.
  • Eloy L., Coudel, E. & Toni, F. ’Implementando Pagamentos por Serviços Ambientais no Brasil : caminhos para uma reflexão crítica’. Sustentabilidade em Debate.
  • Eloy, L, Nasuti, S., Le Tourneau, FM. ’La forêt, la ville et le réseau : territoires multi-situés et normes environnementales en Amazonie ’ L’Espace Géographique.

Ludivine Eloy Costa Pereira

CNRS UMR Art-Dev 5281 Université Montpellier 3, Site Saint-Charles - Rue Henri Serre 34090 Montpellier Tél. : +33(0)4.11.75.71.00, art-dev.cnrs.fr

Centro de Desenvolvimento Sustentável / Universidade de Brasilia Campus Universitário Darcy Ribeiro - Gleba A, Bloco C - Av. L3 Norte, Asa Norte - Brasília-DF, CEP : 70.904-970 Telefones : 55(61) 3107-6001 http://www.unb.br/sobre/cds

Février - avril 2008

Analyse de la filière et du marché des semences (sorgho, mil, niébé) dans la province du Sanmatenga au Burkina Faso

L’étude vise à diagnostiquer la filière semences (structure, fonctionnement, dynamique) et à proposer des stratégies de développement et de promotion de cette filière dans la province du Sanmatenga.
  • Diagnostic de la filière semences (structure, organisation, fonctionnement, dynamique)
  • Analyse de l’offre potentielle de semences
  • Analyse des facteurs déterminants de la demande de semences
  • Analyse des dysfonctionnements du marché des semences
  • Analyse des scenarii potentiels de développement du marché des semences
  • Analyse de la mise en œuvre et des résultats des actions envisagées
  • Proposition de stratégie de développement et d’actions concrètes.

Coordinateurs du projet : Kirsten von Brocke, CIRAD/ICRISAT

Financement du projet : Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) / Ambassade de France, Ouagadaougou

Membres ART-Dev impliqués : Marie-Hélène Dabat, économiste, CIRAD

Membres d’autres laboratoires : Kirsten von Brocke, généticienne, CIRAD Roger Kaboré, consultant Agri-Sahel Hamadé Sigué, chercheur INERA

  • Kaboré R., Dabat M.-H., Brocke v.K., Sigué H., 2008. Innovation technique et organisation des acteurs : le cas des semences certifiées dans le Sanmatenga, Burkina Faso, Communication à l’atelier international Apprentissage, production et partage d’innovations (APPRI) : « Quels outils pour la co-construction et la mise en œuvre durable d’innovations dans les zones rurales sèches en Afrique ? », Ouagadougou, 21-24 octobre
  • Kaboré R., Dabat M.-H., von Brocke K., 2009. Coordination et durabilité des nouvelles formes de production semencière vivrière au Burkina Faso, Communication au colloque Savanes africaines en développement : innover pour durer, Garoua (Cameroun), 21-24 avril
  • Kaboré R., Dabat M.-H., von Brocke K., 2009. Coordination et durabilité des nouvelles formes de production semencière vivrière au Burkina Faso, L. SEINY-BOUKAR, P. BOUMARD (éditeurs scientifiques), 2010, Actes du colloque « Savanes africaines en développement : innover pour durer », 20-23 avril 2009, Garoua, Cameroun. Prasac, N’Djaména, Tchad ; Cirad, Montpellier, France, cédérom.
  • Kaboré R., Dabat M.H., 2011, Innovation technique et organisation des acteurs : le cas des semences certifiées dans le Sanmatenga au Burkina Faso, Article, in Savoirs et développement rural. Le dialogue au cœur de l’innovation, Coord. D. Clavel, Editions QUAE, 108p, p57-59
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2008

Programme GIZ - Etude des opportunités de développement des biocarburants au Burkina Faso

Le Burkina Faso, pays sahélien pauvre, est dépendant de ses importations d’hydrocarbures pour le transport et la production d’énergie motrice et électrique. Dans la perspective d’un prix du baril en augmentation soutenue sur le long terme, d’une importante croissance démographique et du développement des activités économiques du pays, le gouvernement burkinabé souhaite mettre en place une politique permettant une plus grande indépendance du pays envers les hydrocarbures et une stratégie d’utilisation rationnelle des énergies pour satisfaire les besoins énergétiques du pays.
Cette étude a consisté à réfléchir aux différentes options techniques et économiques envisageables, aux stratégies possibles à l’échelle du pays et aux conditions de leur mise en œuvre, pour produire des biocarburants en limitant certains risques pour la sécurité alimentaire et l’environnement. Elle vise à fournir des arguments techniques, économiques, sociaux et environnementaux pour éclairer les acteurs (ministères, opérateurs privés, organisations de producteurs, ONG etc.) pour la mise en œuvre d’une stratégie de promotion des biocarburants au Burkina Faso.
Les résultats de l’étude sont structurés de la façon suivante : analyse des besoins énergétiques, potentialités techniques et agronomiques des biocarburants, scenarii de développement à partir de l’état des lieux des projets, évaluation des scenarii de développement des biocarburants, analyse des risques et mise en œuvre des scenarii, recommandations à court terme pour la mise en œuvre du scenario « filière huile végétale brute pour la production d’électricité ».
Coordinateurs du projet : Joël Blin, CIRAD/2iE Financement du projet : Coopération allemande (GIZ et KFW), N°projet : PDA 23196, N°contrat : 45489 Membres ART-Dev impliqués : Marie-Hélène Dabat, économiste Membres d’autres laboratoires : Joël Blin, biochimiste, CIRAD/2iE, Elodie Hanff et Nathalie Weisman, éco-environnementalistes, 2iE (Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement, www.2ie-edu.org), Garance Faugères, agro-économiste, ICI (Initiatives Conseil International), bureau d’études, Ouagadougou
Animation scientifique de conférences internationales sur les biocarburants en Afrique : novembre 2009, novembre 2011, Ouagadougou Dabat M.H., Hanff E., Blin J., 2009. Les biocarburants, une opportunité pour réduire la pauvreté au Burkina Faso ? Communication In : INRA ; SFER ; CIRAD, 09, 10 et 11 décembre 2009, Montpellier, France. 3èmes Journées de recherches en sciences sociales. s.l. : s.n., 15 p. Journées de recherches en sciences sociales. 3, 2009-12-09/2009-12-11, Montpellier, France http://www.sfer.asso.fr/en/meetings2/les_colloques_passes/actes_3eme_journees_de_sciences_sociales Dabat M.-H., Blin J., Rivier M., 2010. Affronter le défi alimentaire et énergétique au Burkina Faso, Communication International Symposium Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food (ISDA), Montpellier – France 28 June – 1 July (http://hal.cirad.fr/docs/00/52/50/66/PDF/Dabat_Affronter_le_defi.pdf)

http://www.bioenergie-promotion.fr/...

Contacts
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2009-2013

PACTA II - Populations, agrobiodiversité et connaissances traditionnelles associées

 

Dans la continuité du PACTA I (2006-2009), le projet porte sur les dynamiques des systèmes agricoles traditionnels brésiliens. Par système agricole traditionnel nous entendons l’ensemble constitué par les normes, pratiques et savoirs associés à la gestion des espaces et des plantes, la culture matérielle et le système alimentaire local. Il s’agit donc d’un ensemble qui présente des liens étroits avec une base territoriale et qui est propre à un, ou plusieurs, groupes culturels. La question centrale du projet est d’identifier les processus à l’origine de la continuité ou de la transformation de ces systèmes au Brésil. Il s’agit d’une recherche interdisciplinaire (anthropologie, botanique, géographie, agronomie). La méthodologie suivie repose sur deux aspects essentiels, la spatialisation des données et l’identification de réseaux. Nous avons mis au point une méthode originale de relevé de la biodiversité et des espaces cultivés, puis de représentation et d’analyse des réseaux sociaux d’échange de variétés, que nous testons dans diverses régions (Amazonie / Rio Negro et Haut Juruá, Nordeste/moyen São Francisco). Nous soulignons que, comme lors de la première phase, aucun matériel biologique n’est collecté. La gamme de cultigènes, mais aussi la conformation de ces réseaux d’échange constituent des indicateurs des transformations de l’agriculture familiale. Nous avons l’ambition de constituer progressivement un observatoire des dynamiques socio environnementales d’une agriculture familiale connaissant de profondes mutations, notamment face aux changements climatiques et à de nombreux projets d’aménagements hydroélectriques (Nordeste et Amazonie). A partir de cet ensemble de données qui seront recueillies sur une dizaine de sites d’étude, il s’agira didentifier les bases conceptuelles d’un atlas des systèmes agricoles traditionnels qui puisse rendre compte de l’immense diversité des agricultures locales et de leurs évolutions. Un volet de la recherche porte sur la question de la complémentarité des formes de gestion et de conservation ex situ et on farm à partir de l’analyse des savoirs et pratiques mobilisés dans ces deux registres. Le dernier aspect abordé est celui des instruments juridiques et économiques de valorisation de la diversité agricole et de consolidation des processus locaux de gestion de cette diversité.
Coordinatrice du projet : Laure Emperaire, IRD/CDS UNB Financement du projet CNPq (Conselho Nacional de Desenvolvimento Cientifico e Tecnológico) Membres ART-Dev impliqués Ludivine Eloy, géographe, chercheur CNRS, UMR 5281 ART-Dev Autres partenaires IRD Laure Emperaire, chercheur, UMR 208 Esther Katz, chercheur, UMR 208 Geoffroy Filoche, chercheur, UR 199 AgroParisTec Florence Pinton, chercheur, UFR Sociologie Rurale EHESS /INED Pascal Cristofoli, ingénieur UNICAMP Mauro Almeida, professeur Augusto Postigo, doctorant José Onésio Ramos, doctorant Laura Santonieri, doctorant Raquel Rocha, doctorante Fernando Niemeyer, mastère Roberto Rezende, mastère Roberta Rizzi, mastère FUNDAJ Pedro Silveira, chercheur IPE-ONG Thiago Cardoso, chercheur MCT-MPEG Lúcia Van Velthem, chercheure PUC-Paraná Juliana Santilli, doctorante UFRR Eliana Moreira, professeure UnB-CDS Maira Smith, doctorante USP Maria Celina Pereira de Carvalho, post-doc Université de Chicago Manuela Carneiro da Cunha, professeure
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2009-2013

Systerra PEPITES Processus Ecologiques et Processus d’Innovation Technique Et Sociale en agriculture de conservation

 

L’objectif général du projet PEPITES est de produire des connaissances sur les processus écologiques, les processus d’innovation technique et sociale et leurs interactions, pour évaluer et concevoir des systèmes techniques et des dispositifs d’accompagnement plus durables en matière d’agriculture de conservation. Les travaux se déroulent sur quatre terrains d’étude (France grandes cultures, France agriculture biologique, Brésil et Madagascar petite agriculture familiale) choisis pour explorer une gamme de situations agropédoclimatiques et socioéconomiques permettant une analyse comparative riche. Six tâches à dominante disciplinaire ont été identifiées. L’analyse du processus d’innovation (tâche 6) est centrée sur la production des connaissances au sein des réseaux sociotechniques, les modalités de coopération entre acteurs, les dynamiques de changements des pratiques et des processus d’apprentissage. L’approche des systèmes de production (tâche 5) permettra de comprendre et de simuler la diversité de ces systèmes et d’expérimenter des outils d’aide à la réflexion prospective.
Le problème posé est celui de l’accompagnement d’un processus d’innovation qui se développe rapidement et pour lequel l’usage des processus écologiques apparaît comme un point clé pour accroître la productivité, fournir des services écologiques et réduire la dépendance aux intrants. L’émergence de formes durables d’agriculture valorisant l’usage des processus écologiques, tout en répondant aux exigences et contraintes des agriculteurs et de la société pose des défis de plusieurs ordres. Quelles connaissances et savoirs sont nécessaires de la part des différents acteurs impliqués pour comprendre et valoriser ces processus écologiques ? Comment ces processus écologiques sont-ils modifiés par les pratiques de gestion des systèmes de culture, et comment peut-on les optimiser ? Quelles innovations (techniques, sociales ou organisationnelles) sont-elles nécessaires pour générer ou accompagner la transformation nécessaire des pratiques, des systèmes techniques et des réseaux sociaux professionnels ? Comment ces innovations s’insèrent-elles dans (ou s’articulent-elles avec) des systèmes de production eux-mêmes en évolution rapide, tout en répondant du mieux possible aux objectifs professionnels et familiaux des agriculteurs ? Comment articuler de manière fonctionnelle la production de connaissances et l’accompagnement du changement, afin de favoriser les évolutions qui vont dans le sens d’un développement durable ?
Le projet produira des connaissances originales dans les différentes disciplines et aux interfaces sciences biophysiques / sciences techniques / sciences sociales, renforcera la communauté de chercheurs et praticiens du nord et du sud travaillant autour de l’Agriculture de Conservation, et proposera des dispositifs d’accompagnement et d’enseignement sur ces innovations complexes pour une agriculture intensive mais durable.
Coordinateurs du projet : Stéphane de Tourdonnet (Agroparistech Supagro), Eric Scopel (CIRAD-Persyst), Bernard Triomphe (CIRAD-ES )
Financement du projet : ANR – programme Systerra
Membres ART-Dev impliqués : Eric Sabourin (sociologue), Henri Hocdé (agronome)
Autres laboratoires : CIRAD Persyst (UMR SCA) et Environnement et Societés (UMR Innovation et Art-Dev), IRD, INRA Agroparistech/Grandes cultures, INRA Lille, ISARA Lyon, FOFIFA Madagascar, BASE, NOURICIA Brésil : Embrapa Cerrados (Brasilia) et Amazonie Orientale (Belém), Université de Brasilia (UnB).

2009-2012

GEO FAIR TRADE - Geo tracability fair trade

 

Le Commerce Equitable (CE) enregistre une croissance des ventes et une diversification des produits en Europe. Il est défini comme un partenariat commercial, basé sur le dialogue, la transparence et le respect, qui vise une meilleure équité dans le commerce international. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions d’échange commercial et en garantissant des droits aux petits producteurs et travailleurs – particulièrement dans les pays du Sud. Le CE implique de nombreux petits producteurs à travers le monde et les zones de production sont souvent reculées avec peu de données disponibles. Bien que le CE se concentre originellement sur les dimensions économique et sociale du développement durable, désormais la dimension environnementale est également présente. Des informations standardisées supplémentaires sont nécessaires pour décrire et informer des réalités du CE en adéquation avec les attentes des consommateurs.

Le projet a développé une collaboration entre la société civile et les centres de recherche pour améliorer la transparence du CE en mettant à la disposition de ses acteurs (producteurs, organisations de producteurs, organismes de certification, acheteurs, consommateurs, etc.) un système d’informations géographiques basé sur des indicateurs de développement durable (indicateurs sociaux, économiques et environnementaux). Le projet a travaillé sur plusieurs couples produit/pays. L’étude de cas a porté sur le karité au Burkina Faso.

Les producteurs du CE peuvent présenter leur environnement de production et expliquer les retombées socio-économiques du Commerce Equitable. Les consommateurs comprennent les principes de solidarité liés au développement durable, voient l’impact direct de leur achat sur l’activité des groupes de producteurs, découvrent des produits spécifiques et encouragent leur distribution sur le marché équitable.

Coordinateurs du projet : Chambre du Commerce et de l’Industrie du Gers (France)

Pour le CIRAD : Mathieu Weill, UMR Qualisud

Pour le Burkina Faso (Songtaaba) : Marceline Ouedraogo

Financement du projet : Commission Européenne, Seventh Framework Programme, Direction générale de la recherche

Membres ART-Dev impliqués : Marie-Hélène Dabat, économiste

Membres d’autres laboratoires : Organisations de la société civile : Equi’sol (France), PAKKA Trade (Suisse), World Fair Trade Organization (Pays-Bas), Max Havelaar France, Coordinadora Estatal de Comercio Justo (Espagne)

Entreprises et utilisateurs finaux : Chambre du Commerce et de l’Industrie du Gers (France), Ecocert Deutschland GmbH (Allemagne), Université de Wageningen Van Hall – Larenstein (Pays-Bas)

Centres de recherche et de développement technique : les Systèmes d’Information à Référence Spatiale (France), le Centre wallon de Recherches Agronomiques (Belgique), le CIRAD (France)

Partenaires pour l’étude de cas Burkina Faso : Association Songtaaba Yalgre (ASY)*, ECOCERT Burkina Faso.

*ASY est une association de groupements de femmes qui collectent les noix de karité et d’un groupement de productrices de beurre en milieu périurbain (Ouagadougou), qui travaillent ensemble depuis une quinzaine d’années dans la filière beurre de karité. Elle a été la première association au Burkina Faso à produire un beurre certifié biologique, ce qui lui a permis de développer une action qui concerne aujourd’hui plus de 11 villages et près de 3.100 femmes. Cette association a obtenu la certification équitable ESR délivrée par ECOCERT en 2007.

Dabat M.-H., Yoda F., Ouedraogo D., Zongo M., 2012. L’économie marchande profite-t-elle aux femmes ? Réflexion sur quelques filières agricoles au Burkina Faso et adaptation des outils de mesure, Communication au colloque international Genre et agriculture familiale et paysanne, regards nord-sud. Débats entre mondes académique, du développement et de la formation ; Université Toulouse le Mirail et ENFA, 22-25 mai, 12p, en cours de publication dans un ouvrage de la collection QUAE Noumi E.S., Dabat M.-H., Blin J., 2012. Développement durable de la transformation traditionnelle du karité en valorisant énergétiquement les résidus organiques, Communication au colloque International Francophone sur l’Energétique et la Mécanique (CIFEM) Energétique et mécanique pour un développement durable, Ouagadougou, Burkina Faso, 2-3-4 mai, p239-246

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.