ART-Dev UMR 5281



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

Partenaires

CNRS
UM3 CIRAD
UM1 UPVD

ART-Dev - UMR 5281
Université Montpellier Paul Valéry
Site Saint-Charles
Route de Mende
34199 Montpellier cedex 5
Tél./Fax : +33 4 11 75 71 07

Dernière mise à jour : 13 octobre 2017


Présentation

1. Identité du Centre Associé dans l’unité « Acteurs, ressources et territoires dans le développement »

L’unité CNRS « Acteurs, ressources et territoires dans le développement » (Section 39 du CNRS) de l’Université Montpellier III est un laboratoire pluridisciplinaire dont le projet scientifique est au carrefour des approches théoriques et des analyses de terrain sur les dynamiques territoriales en Europe. L’objet consiste principalement à interroger les organisations fonctionnelles des sociétés traversées par les questions de travail, d’environnement, de développement et de différenciation. Les recherches menées à ART-Dev s’inscrivent ainsi dans les grands courants de pensée des sciences sociales contemporaines mais en restant attentif, en même temps, aux besoins exprimés par les sociétés locales en termes de développement économique, d’organisation sociale et politique.

Le projet scientifique de l’équipe ART-Dev est centré sur l’analyse des forces de recomposition des territoires à partir des processus économiques et sociaux qui structurent et définissent les lieux de vie. La spécificité de l’approche territoriale, de façon générale, relève d’un positionnement théorique voire épistémologique du chercheur en Sciences Sociales à savoir le souci d’explorer et de mettre en évidence les « sens » et les « valeurs » que les sociétés attribuent à l’espace par le biais de leurs pratiques et représentations. En d’autres termes, il n’y a de territoires que par le sens et la valeur que prend l’espace ou le lieu pour les individus et les groupes sociaux qui s’y projettent. à ce titre, deux dimensions structurent notre réflexion : le territoire comme interaction et intermédiation, le territoire en développement. Par une réflexion dialectique soutenue excluant toute relation linéaire et toute causalité, on passe du territoire objet au territoire projet. Inscrite dans le courant de recherche qualifié d’économie spatiale, l’équipe CEREQ du laboratoire a mis l’accent sur les liens entre mode de développement et territoire. L’économie territoriale s’intéresse à la construction par les acteurs locaux ou non de systèmes dits « locaux » de production qui sont vecteurs de trajectoires de développement ou de non développement dans un contexte d’économie ouverte au niveau mondial. C’est donc à partir des dynamiques des systèmes de production locaux qu’a été explorée la notion de territoire et qu’ont été analysés les facteurs contribuant à son élaboration, à sa construction.

Dans le cadre du programme 2003-2007 de l’unité, nous avons investi très fortement le champ d’analyse des liens entre les stratégies d’entreprises et les dynamiques territoriales. Les questions relatives aux particularités des petites entreprises ou celles relatives aux stratégies de localisation des firmes, nous ont permis de renforcer notre implication dans le cadre de ce programme scientifique et de prendre une part croissante dans les liens qui se forgent au sein du laboratoire. Le travail que nous avons mené sur l’année 2007 sur les territoires ruraux illustre parfaitement les synergies que nous avons suscitées au sein de l’unité. Bien entendu, le point fort de notre ancrage au sein du laboratoire, reste notre apport sur les liens spécifiques qu’entretient l’entreprise avec son territoire. Liens qui s’inscrivent dans un spectre de représentations très large en fonction notamment de la taille de l’entreprise mais qui dans tous les cas participent à la recomposition des territoires.

2. Les activités du Centre Associé au regard des axes d’Orientation de Moyen Terme du Céreq

Plusieurs programmes structurants ont alimenté notre charge de travail durant l’année 2007-2008. Ils s’inscrivent dans trois domaines complémentaires correspondants principalement aux Axes 1 et 2 des OMT :

- Entreprises et dynamiques territoriales
- Métiers et systèmes de formation
- Ressources humaines et développement territorial

Sur le premier volet, nous avons renforcé nos investigations autour de deux programmes. Le premier, porte sur le rôle des OPCA dans l’accompagnement des transformations des métiers tertiaires. Le second concerne, l’accès des petites entreprises à la formation continue.

  • Sur le premier point, nous nous sommes inscrits dans la continuité des travaux sur les OPCA et nous avons engagé dès Avril 2008 un lourd travail sur les métiers de l’interprofessionnel en Languedoc-Roussillon. Ce travail s’est appuyé sur une enquête quantitative et sur une enquête qualitative centrée dans trois domaines (Transport logistique, tourisme et organismes de formation) ;
  • Sur le second point, nous accordons régulièrement une attention particulière aux petites entreprises dont la plupart sont tributaires de leur environnement. La petite entreprise se reconnaît avant tout à la forte influence personnelle des dirigeants propriétaires. Ces derniers assument toutes les responsabilités et représentent, personnalisent l’entreprise tant vis-à-vis des salariés que de l’environnement extérieur. De cela découle la nécessité d’analyser le phénomène de prise de décision pour mieux comprendre les comportements de ces unités productives spécifiques, en particulier en matière d’embauche et de formation des salariés. Dans le même temps, nous avons largement valorisé notre implication dans les programmes internationaux. En particulier, nous continuons de travailler sur les liens entre les stratégies des firmes internationales et les différentes formes de structuration territoriales des marchés du travail. La mobilité de la main d’œuvre constitue dans ce contexte une variable à travers laquelle se dessinent les mécanismes d’agglomérations et de convergences. Elle fait l’objet de multiples résistances et elle constitue certainement l’un des éléments majeurs de recomposition des territoires. Les mouvements migratoires sont complémentaires aux mouvements commerciaux et productifs. La globalisation favorise les échanges et accroît les incitations à la mobilité. C’est là un processus qui prend de l’ampleur et remet peu à peu en question les territoires fermés sur leur frontière nationale. Sur ce champ, une thèse de Doctorat en sciences économiques a été soutenue sous ma direction (D.Rabhi, mai 2008) et nous venons d’engager un programme important en collaboration avec le CNRST marocains sur la région de Tanger (fiche 868).

Sur le second volet, nous avons en 2007 finalisé deux études réalisées pour le compte de la DRTEFP. La première concerne l’évaluation d’un EDDF collectif dans le secteur des métaux dans zone Biterroise, la seconde concerne l’analyse du profil et des trajectoires des bénéficiaires de la VAE en Languedoc Roussillon. Ces deux études ont donné lieu à la publication de deux rapports (fiches 1291 et 1491) et de plusieurs articles ou présentation à des séminaires. Au delà de ces travaux, nous avons continué nos travaux sur l’offre de formation (fiche 1400) et en particulier sur la diversité des organismes de formation et les mécanismes qui tendent à réguler leur offre. Ce travail sera poursuivi dans le programme 2009 notamment en collaboration avec le Cra de Bordeaux et le Céreq Marseille.

Sur le troisième volet, nous avons en 2007 finalisé l’étude sur les agents de développement territorial et nous avons animé l’Université d’été « Emploi, compétences, territoires » qui s’est tenue à Montpellier du 27 au 29 Août 2008. Par ailleurs, nous avons organisé à Montpellier en juin 2008, les journées du réseau Céreq portant sur « la gestion territorialisée des ressources humaines ». Cette journée a donné lieu à de nombreuses interventions et à des présentations de travaux qui constitueront un élément important de la réflexion du groupe de travail « Territoires ».

3. Les axes prioritaires du Centre associé pour l’année 2009

Nos priorités pour l’année 2009 sont en étroite relation avec le programme scientifique défini dans le nouveau cadre institutionnel de l’unité porté par le projet « ART-Dev » (Acteurs, ressources et territoires dans le développement) et constituant notre contractualisation CNRS Université pour les années à venir. Par ailleurs, nos priorités se situent dans le cadre des OMT du Cereq et en particulier dans les axes 3 (Formation continue), 5 (Gestion de l’emploi) et 9 (Approches territoriales).

Ces priorités de programme couvrent les opérations suivantes :

- La gestion territorialisée des ressources humaines. De ce point de vue, nous nous efforçons de consolider le pôle de spécialisation de notre équipe autour des thématiques liées au rôle de la petite entreprise et l’évolution de ses pratiques de formation et d’emploi. Par ailleurs, nous nous sommes engagés dans un double travail. Le premier concerne les agents du développement territorial et le profil des métiers en émergence (fiche 1596). Le second concerne, le travail que nous menons sur la localisation et l’ancrage territorial des entreprises et les formes particulières de gestion des ressources humaines qu’elles suscitent (fiches 868, 1403). Dans le même temps nous renforçons notre implication dans les groupes transversaux du Céreq. Groupes « RFET », « Entreprise » et « jeunes et entreprises ».

- Le positionnement stratégique des organismes de formation. Notre projet consiste à saisir et à analyser les comportements des organisations offreuses de formation mais n’ayant pas la formation comme activité principale (fiche 1400). Ce travail sera mené en collaboration avec le Centre associé de Bordeaux et le Céreq Marseille et donnera lieu à un travail d’exploitation des bilans pédagogiques et financiers et à des enquêtes auprès des responsables de telles organisations. Par ailleurs, nous participons activement aux travaux de la conférence régionale du travail à travers lesquels nous valorisons notre connaissance de la petite entreprise et ses modes d’appréhension de la formation (fiche 387).

- L’approche prospective des emplois et des métiers. Dans ce domaine, nous engageons un travail de valorisation de nos différentes enquêtes TPE et PME en particulier celles que nous avons développées dans le cadre de l’étude OPCALIA (fiche 1494) et dans le cadre de l’étude des métiers du tourisme (fiche 1402). Notre objectif dans ce travail est d’identifier les différentes réponses aux mutations observées dans les organisations du travail (FPC, VAE, GPEC..).