New

Le projet INTEERface, coordonné par Antoine Ducastel décroche un financement ADEME pour une durée de 3 ans. Il s'inscrit dans l'appel à projet "ClimFi". Plusieurs collègues Art-Dev participeront activement à ce projet : Marie Hrabanski (CIRAD), Max Rousseau (CIRAD), Tancrède Voituriez (CIRAD), Denis Pesche (CIRAD), Pauline Lectard (Université Montpellier), Sandrine Michel (Université Montpellier) et Aurélie Delage (Université Perpignan Via-Domitia).

 

L’atteinte des objectifs climat internationaux (Accord de Paris) comme nationaux (Stratégie Nationale Bas Carbone) nécessite à la fois d’augmenter et de réorienter massivement nos investissements vers des actifs bas-carbone, résilients aux changement climatiques. Dans ce cadre, les investisseurs publics français (Caisse des dépôts et consignations, Agence Française de Développement) et européens (Banque Européenne d’Investissement) se sont engagés sur le front de la finance climat notamment en réorientant une part croissante de leurs capitaux en faveur de la transition écologique et énergétique. Pourtant, à l’échelle des territoires et des porteurs de projet, le déficit de financement pour la transition persiste (I4CE 2018). 

 

Tandis que les débats et orientations politiques actuels se focalisent sur les leviers à actionner pour mobiliser des flux de capitaux additionnels, le projet INTEERface se concentre davantage sur les relations entre investisseurs (publics) et investis (Feher 2017) : quelles sont les conditions qui permettent ou entravent la rencontre effective entre une offre, émanant des investisseurs publics, et une demande de financement pour la transition écologique et énergétique ?

Pour répondre à cette problématique, le projet INTEERface éclairera le processus de construction et de régulation des circuits financiers publics dédiés à la transition dans deux régions particulièrement ambitieuses en matière de politique climat : l’Occitanie et la Guadeloupe. Le projet se fixe un triple objectif :

 - Cartographier les circuits financiers pour la transition écologique et énergétique dans les deux régions d’étude ;

- Identifier et analyser les facteurs économiques, sociaux et politiques qui sous-tendent et structurent la circulation du capital le long de ces circuits ;

- Formuler, pour et avec les parties-prenantes (investisseurs publics, collectivités territoriales, porteurs de projets, associations locales), des recommandations qui permettent d’accroitre les volumes et la durabilité des investissements publics pour la transition.