Programmes

en cours

Card image cap

Street Food

2019-2021
Vers une alimentation de rue saine, durable et socialement juste

Ce projet a pour objectif d'étudier les enjeux de la vente de rue en examinant les différents risques qui y sont associés. Très présente dans les villes des Suds, la vente de rue y fait l'objet d'une régulation accrue, entre autres au nom du risque sanitaire qu'elle présente. Pourtant, cette régulation s'accompagne d'une perte d'accès à des aliments aisément disponibles et peu onéreux, pour les ménages défavorisés notamment. Plusieurs villes du Nord, quant à elle, y voient une réponse possible aux carences de la distribution alimentaire, aux "déserts alimentaires", et une source de diversification de l'offre. Face à cette double tendance, quels sont les bénéficiaires et quels sont les groupes sociaux qui sont affectés ? La vente de rue est aussi un débouché pour des aliments produits au sein des métropoles ;

quels sont les risques liés aux pollutions locales ? 

Le projet croise les études de cas de villes des Nords et des Suds :  Hanoi, Bangkok, Chicago et Montpellier. Il croise également les approches de sciences sociales et les méthodes de sciences du vivant, de façon à affiner la compréhension des risques sanitaires, des populations qui y sont exposées et de la gestion de ces risques. Le projet a ainsi pour objectif d'interroger les liens entre environnement urbain et risques sanitaires des aliments ; il vise à contribuer aux réflexions sur la justice alimentaire.

 

 

ART-Dev, INRA, CIRAD, Chicago State University, Université de Lorraine.
CNRS, Mission pour les Initiatives Transverses et Interdisciplinaires (MITI).
Coordonné par Gween Pulliat, chargée de recherche (CNRS) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Card image cap

INTEERFACE

2020-2023

 

L’atteinte des objectifs climat internationaux (Accord de Paris) comme nationaux (Stratégie Nationale Bas Carbone) nécessite à la fois d’augmenter et de réorienter massivement nos investissements vers des actifs bas-carbone, résilients aux changement climatiques. Dans ce cadre, les investisseurs publics français (Caisse des dépôts et consignations, Agence Française de Développement) et européens (Banque Européenne d’Investissement) se sont engagés sur le front de la finance climat notamment en réorientant une part croissante de leurs capitaux en faveur de la transition écologique et énergétique. Pourtant, à l’échelle des territoires et des porteurs de projet, le déficit de financement pour la transition persiste (I4CE 2018).

Tandis que les débats et orientations politiques actuels se focalisent sur les leviers à actionner pour mobiliser des flux de capitaux additionnels, le projet INTEERface se concentre davantage sur les relations entre investisseurs (publics) et investis (Feher 2017) : quelles sont les conditions qui permettent ou entravent la rencontre effective entre une offre, émanant des investisseurs publics, et une demande de financement pour la transition écologique et énergétique ?

Pour répondre à cette problématique, le projet INTEERface éclairera le processus de construction et de régulation des circuits financiers publics dédiés à la transition dans deux régions particulièrement ambitieuses en matière de politique climat : l’Occitanie et la Guadeloupe. Le projet se fixe un triple objectif :

  • Cartographier les circuits financiers pour la transition écologique et énergétique dans les deux régions d’étude ;
  • Identifier et analyser les facteurs économiques, sociaux et politiques qui sous-tendent et structurent la circulation du capital le long de ces circuits 
  • Formuler, pour et avec les parties-prenantes (investisseurs publics, collectivités territoriales, porteurs de projets, associations locales), des recommandations qui permettent d’accroitre les volumes et la durabilité des investissements publics pour la transition.

 

 

Marie Hrabanski (CIRAD), Max Rousseau (CIRAD), Tancrède Voituriez (CIRAD), Denis Pesche (CIRAD), Pauline Lectard (Université Montpellier), Sandrine Michel (Université Montpellier) et Aurélie Delage (Université Perpignan Via-Domitia)

ADEME "ClimFi"

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Card image cap

HydroCerrado

2019-2021
Expansion agroindustrielle et gestion de l'eau et dans le Cerrado brésilien

Coordonné par Ludivine Eloy (CNRS) et  Sérgio Sauer (CDS-UnB), mené conjointemnt avec le Centre de Développement Durable de l'Université de Brasilia (CDS-UnB) et Associação Comunitária dos Pequenos Criadores do Fecho de Pasto de Clemente, le projet HydraCerrado étudie l'expansion agroindustrielle et gestion de l'eau et dans le Cerrado brésilien.

 

 

ART-Dev, Centre de Développement Durable de l'Université de Brasilia (CDS-UnB),  Associação Comunitária dos Pequenos Criadores do Fecho de Pasto de Clemente (ACCFC).
CNRS (International Emerging Actions).
Coordonné par Ludivine Eloy, chargée de recherche (CNRS) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cereq

SQUAPIN

2019-2023
Salariés en emploi peu qualifié : quelles perspectives face à l’injonction de devenir acteur de leur parcours professionnel ?

Le Céreq en partenariat avec six autres équipes de recherche mènera de 2019 à 2023 une Action Nationale de Recherche intitulée SQUAPIN. ART-Dev fait partie du consortium qui s’attachera à analyser l’injonction de devenir acteur de son parcours professionnel qui pèse sur les salariés en emploi peu qualifié. Plus de cinq millions de salariés occupent des emplois « non qualifiés » en France. Au cœur des mutations socio-productives, ils sont contraints de s’y adapter. Or, les voies pour sécuriser leur parcours professionnel sont loin d’être tracées alors qu’ils sont de plus en plus enjoints à en devenir les principaux acteurs. Cette injonction, portée par l’évolution des politiques publiques et du management de nombre d’entreprises, est érigée en pièce maîtresse de la sécurisation des parcours et de la performance des entreprises. Notre projet vise à interroger le rôle des entreprises dans les possibilités offertes aux salariés de se développer professionnellement.

Pour y répondre, il adopte une ligne de recherche innovante articulant approche par les capacités, sociologie clinique et approche par les outils de gestion. L’originalité du projet repose aussi sur l’articulation entre une enquête longitudinale quantitative (le Dispositif d’information sur la Formation sur les Itinéraires des Salariés, DEFIS), des investigations complémentaires qualitatives dans quatre secteurs (logistique, aide à domicile, chimie et agro-alimentaire) sous la forme d’entretiens biographiques et une recherche-intervention. C’est dans cette intrication de cadres méthodologiques que le projet SQUAPIN entend développer une recherche innovante. L’approche se veut à la fois croisée (de nombreuses enquêtes seront menées auprès d’entreprises relevant de divers secteurs contrastés) et comparative (le pouvoir d’agir des salariés en emploi peu qualifié sera mis en regard de celui des salariés qualifiés). L’approche articule également différentes perspectives : institutionnelle (à travers la prise en compte des institutions qui encadrent le travail et la formation aux niveaux européen, national et sectoriel), organisationnelle (à travers l’analyse des configurations d’entreprise) et individuelle (à travers l’examen des parcours et des modes de perception de l’injonction à l’agir individuel). Elle interroge ainsi à diverses échelles les politiques et pratiques liées à cette injonction.

L’équipe de Montpellier intervient sur toutes les phases de ce projet. Elle est en outre responsable de l’analyse des contextes organisationnels où se déploie l’injonction à l’agir individuel et conduira les enquêtes auprès des professionnels de l’aide à domicile.

 

 

ART-Dev, CEREQ, CNRS
ANR

L’équipe montpelliéraine :

  • Cyrille Ferraton, MCF en économie, ART-Dev, Chercheur associé Céreq
  • Stéphane Michun, ART-Dev, Ingénieur d’études Céreq

 

Card image cap

TACKLING CLIMATE CHANGE

2018-2021
Description scientifique

Sur les plan scientifique et de la valorisation, le projet TACKLE CC se rattache au grand défi environnemental et sociétal que représentent les conditions institutionnelles (politiques intégrées) de réussite des réponses au changement climatique (CC), et à deux des trois grands enjeux MUSE : « Nourrir » et « Protéger » (rattachement principal : pôle sciences sociales). II traître d’un défi majeur qui conditionne la réussite des politiques de réponse au changement climatique : celui des modalités concrètes d’implémentation des politiques publiques (ici d’adaptation), et, plus spécifiquement,

il traite des conditions de mise en œuvre de l’approche intégrée des politiques de lutte contre le CC. Cette approche nécessite l’articulation entre les instruments (de financement, de planification, d’aménagement, de gestion des risques, etc.), les secteurs (agriculture, urbanisme/habitat, environnement, industrie…), les acteurs (administrations, élus, filières, entreprises, « société civile »…), et les niveaux d’action (international, national, territoriaux).

Ces questions seront traitées à partir de deux entrées spécifiques :

  • les politiques locales d’adaptation aux risques littoraux devant la montée du niveau des eaux liés au CC (en France – Hérault – et en Californie).
  • les politiques et dispositifs d’adaptation de l’agriculture et territoires agricoles au changement climatique (en France – Hérault viticole – et au Brésil – Etat du Rio Grande do Sul et intercommunalité ABC au Sud de la région métropolitaine de Sao Paulo).
Objectifs
  • Production de connaissances sur la mise en oeuvre des instruments de politique publique de lutte contre le changement climatique, comparaisons internationales, contribution à l'alimentation d'un mapping comparatif international des instruments de politique publique d'adaptation au changement climatique
  • Consolidation d’un réseau international et interdisciplinaire sur les politiques de réponse au CC (issu des trois séances du séminaire de 2017 financé par la fondation Agropolis)
  • Développement/consolidation des partenariats avec UC Davis et Université de Sao Paulo

 

Retrouvez plus d'informations sur le site dédié

 

 

CIRAD, SUEZ, CEPAL/UM, Université Sao Paulo (USP), Université Davis, IRSTEA, INRA
CIRAD, SUEZ, CEPAL/UM, Université Sao Paulo (USP), Université Davis, IRSTEA, INRA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

typoclim

TYPOCLIM

2019-2021
Typologie des instruments politiques d'adaptation de l'agriculture au changement climatique

Le projet TYPOCLIM (Typologie des instruments politiques d'adaptation de l'agriculture au changement climatique) est un projet I-SITE MUSE. Ce projet interdisciplinaire est coordonné par Marie Hrabanski (Artdev, CIRAD) et porte sur l'analyse des instruments qui cherchent à promouvoir l'adaptation de l'agriculture au changement climatique. Le projet rassemble plus d'une trentaine de chercheurs issus  de plusieurs UMR montpelliéraines (UMR Artdev, Innovation, G-EAU , CEPEL, Hortsys, CEE-M) et Universités et centres de recherches internationaux (Université de Pretoria, Université de Rio et Brasilia, ISRA-Bame Sénégal, CIAT, Université de Davis, Université des Antilles).

Description scientifique

D’ici la fin de ce siècle, les changements de température et de précipitation, la hausse du niveau des mers et l’augmentation probable des événements climatiques extrêmes vont avoir un impact considérable sur l’agriculture. Ainsi, tout en contribuant au changement climatique, l’agriculture est aussi affectée par celui-ci.

L’adaptation de l’agriculture au CC est ainsi devenue un des principaux enjeux des négociations climatiques. C’est aussi un défi majeur dans les territoires agricoles vulnérables, dans les pays en développement comme dans les pays développés. La question agricole, au-delà des enjeux de production et de sécurité alimentaire, renvoie également à des questions de conservation de la biodiversité, de développement territorial et de cohésion sociale. Toutefois, peu de connaissances sont disponibles sur les instruments concrètement mis en œuvre pour faire face au défi de l’adaptation de l’agriculture au changement climatique. Cette méconnaissance des instruments existants constitue le point de départ du projet TYPOCLIM.

L’objectif du projet TYPOCLIM est double :

À partir d’une cartographie des instruments d’adaptation de l’agriculture au CC existants, réalisée à partir de huit terrains d’études dans des pays en développement (Afrique du Sud, Sénégal, Brésil, Colombie) et des pays développés (Catalogne-Espagne, Californie-US, Occitanie-France, Guadeloupe-France) et de plusieurs filières agricoles (vin, horticulture (mangues) et maraichage…), elles-mêmes soumises à des chocs climatiques différents (irrégularité des saisons de croissance, excès de chaleur,  manque d’eau…), il s’agira de construire une typologie extensive de ces instruments. Cette typologie sera construite à partir de critères externes, tels que le type de filière, les conditions climatiques, les chocs climatiques etc., et de critères internes tels que le montage institutionnel et financier de l’instrument, le public cible, sa gouvernance etc. Cette typologie constituera une banque de données des instruments d’adaptation de l’agriculture au changement climatique. Le second objectif du projet est d’évaluer les performances différenciées des instruments de politiques publiques qui facilitent l’adaptation de territoires agricoles diversifiés au CC. Ainsi, nous sélectionnerons plusieurs cas empiriques dans lesquels nous analyserons les performances différenciées des instruments mis en œuvre, à partir de critères d’évaluation politiques, économiques, agronomiques et environnementaux. Ces évaluations viendront enrichir la typologie en fournissant des éléments performatifs et prospectifs sur les instruments existants, dans des  contextes donnés.

 

Retrouvez plus d'informations sur le site dédié

 

 

I-SITE MUSE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Odissea

ODISSEA

2017-2021
Observatoire des dynamiques socio-environnementales au Brésil (ODISSEA)

 

Description scientifique

L’objectif général est de comprendre les différents niveaux d’interaction entre les dynamiques sociales et écologiques dans le contexte des changements climatiques, environnementaux et sociodémographiques afin de chercher, auprès des acteurs locaux les solutions durables potentielles pour une adaptation. Ces solutions, associées à la minimisation des impacts sur l’environnement, ont le potentiel d’augmenter la capacité de subsistance et, plus généralement, de promouvoir une amélioration de la qualité de vie de la population.

Objectifs

L’objectif général du projet est de comprendre les différents niveaux d’interaction entre les dynamiques sociales et écologiques dans le contexte des changements climatiques, environnementaux et sociodémographiques afin de chercher, auprès des acteurs locaux les solutions durables potentielles pour une adaptation. Ces solutions, associées à la minimisation des impacts sur l’environnement, ont le potentiel d’augmenter la capacité de subsistance et, plus généralement, de promouvoir une amélioration de la qualité de vie de la population.

Plus d'informations sur le site dédié

Cirad (Emilie Coudel, Eric Sabourin, Stephane Gueneau, Marc Piraux, Rene Poccard), IRD (Marie Paule Bonnet, Marie-Elizabeth Lacques), Embrapa, UFPA, UFOPA, IPAM, UFC, UFCA, UFG, UFRJ
...

Coordination : UnB – CDS (Carlos Saito, Marcel Bursztyn)

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Card image cap

PROJETS POUR LE LITTORAL

2018-2020

 

Description scientifique
Tout l’enjeu pour la gouvernance locale consiste à mieux prendre en compte l’évolution du trait de côte dans les politiques publiques, de faire des choix d’urbanisme adaptés et cohérents et de prévoir sur le long terme les conséquences de ces choix (ONERC, 2015). Il est ainsi question de relocaliser une partie des enjeux à l’écart des zones les plus exposées au risque de submersion marine.

Reste que la mise en œuvre sur le terrain de la « doctrine » de l’État de la relocalisation ou de l’adaptation suscite des controverses entre les collectivités et les services de l’État car les instruments de planification sont difficilement compatibles avec ces principes. Dans ces conditions, notre équipe a pour but d’accompagner les acteurs locaux dans leur trajectoire de gouvernance et leurs choix collectifs, d’un point de vue à la fois procédural (quels modes de communication des connaissances produites, quels formats de discussion voire de délibération) et substantiel (via des scénarios et propositions en matière d’aménagement de l’espace).

En suivant un processus à la fois itératif et participatif, il s’agit d’explorer à travers la mise en œuvre d’une démarche de projet les conditions locales et régionales d’un partenariat renouvelé entre l’État et les collectivités sur le thème de l’adaptation du territoire au(x) risque(s). En partenariat avec le Syndicat Mixte du SCOT du Biterrois, ce projet repose sur l’installation d’un atelier d’urbanisme au sein de la « Maison des Projets » d’Agde où enseignants, chercheurs et étudiants seront en permanence en interaction avec les habitants, les élus, les experts et les acteurs économiques et associatifs.

 

Plus d'informations sur le site dédié

 

ART-Dev, Université Paul-Valéry Montpellier 3
Programme Fondaton de France

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

FP1 LAM

FP1 LAM

2018-2020
Définir des politiques de changement climatique équitable pour la mise en place de systèmes alimentaires résilients en Amérique centrale

Mobilisant des analyses des politiques, la construction de scenario prospectif, des modélisations et des analyses de genre, le projet vise à contribuer à l’élaboration de politique nationale et régionale en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans un contexte de changement climatique, le renforcement de capacité et la création d’innovations institutionnelles  favorables à une meilleure articulation des interventions  et mise en œuvre des politiques.

FP1 LAM se donne pour objectif de contribuer à la formulation et la mise en œuvre de politiques de changement climatique inclusive et favorable à la mise en place de système alimentaire résilient en Amérique centrale

 

Plus d'informations sur le site dédié

 

CIRAD, CIAT, UCI

CIRAD, CIAT, UCI

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Card image cap

QUELS LITTORAUX POUR DEMAIN ?

2019-2021

L’objectif de cette recherche est d’analyser les projets de restauration des socio-éco-systèmes lagunaires du littoral méditerranéen à partir d’une approche établie sur l’étude de services environnementaux. Il s’agira d’interroger les liens entre gouvernances territoriale et environnementale en analysant la place de ces complexes lagunaires au sein des projets et stratégies des acteurs du territoire. La problématique est de savoir si l’approche en termes de services environnementaux est susceptible de créer les conditions d’une bifurcation dans les stratégies d’aménagement et de développement des territoires littoraux.

Ces derniers sont marqués par des processus d’urbanisation et d’anthropisation multiples, facteurs de dégradation morphologique et qualitative altérant le fonctionnement de leurs zones humides. L’hypothèse principale retenue est que les mécanismes de compensation écologique dans le cadre de la séquence « éviter, réduire, compenser » (E-R-C) et la mobilisation d’un nouveau référentiel, « l’espace de bon fonctionnement » (EBF), sont des facteurs de changement. Quelles fonctions, pour quels services, pour quels projets de territoire ?

Les lagunes des étangs palavasiens, de l’Or (Occitanie) et de Biguglia (Corse) permettront de dresser un état des lieux comparatifs des projets de restauration, d’identifier leur caractéristiques et objectifs afin de dresser une typologie situant la place des milieux lagunaires au sein des projets de territoire.

 

 

ART-Dev

Fondation de France

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Artimix

ARTIMIX

2018-2020
ARTIMIX propose de déterminer les conditions de succès de la conception et la mise en œuvre d’ensemble de politiques (policy mix) pour l’adaptation au changement climatique (CC) qui favorisent la transition écologique dans des territoires agricoles tropicaux vulnérables

Mobilisant des analyses des politiques, la construction de scenario prospectif, des modélisations et des analyses de genre, le projet vise à contribuer à l’élaboration de politique nationale et régionale en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans un contexte de changement climatique, le renforcement de capacité et la création d’innovations institutionnelles  favorables à une meilleure articulation des interventions  et mise en œuvre des politiques.

Description scientifique

Le projet ARTIMIX est conduit par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs en science politique, économie, sociologie, agronomie, zootechnie et en science environnementale, financé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche, France) et coordonné par le CIRAD, il compte des partenaires et terrains dans trois situations en Amérique Latine et Caraïbes : les régions françaises d’outremer (Guadeloupe et Martinique) avec la participation de l’INRA, Université des Antilles et IT2, le Brésil (Nordeste)  avec le Centre de Développement durable de l’Université de Brasilia et en Colombie (Vallée du Cauca) avec le CIAT Cali.

Les résultats attendus d’ARTIMIX entendent contribuer à la conception ou à l'ajustement de policy mix favorisant l'adaptation au CC en tenant compte des stratégies des agriculteurs et de l'agenda des acteurs locaux. Les résultats spécifiques engloberont :

  • une caractérisation des convergences et divergences entre les concepts utilisés pour aborder l'adaptation au CC et de leur intégration dans les politiques d'adaptation au CC.
  • une identification des facteurs affectant leur mise en œuvre et des synergies et tensions entre les instruments visant à renforcer les capacités d'adaptation des agriculteurs au CC
  • une évaluation des pratiques promues par les politiques en fonction de leur capacité à favoriser l'adaptation au CC des agriculteurs et leurs résultats socio-économiques et environnementaux.

 

Objectifs

ARTIMIX propose de déterminer les conditions de succès de la conception et la mise en œuvre d’ensemble de politiques (policy mix) pour l’adaptation au changement climatique (CC) qui favorisent la transition écologique dans des territoires agricoles tropicaux vulnérables. La recherche a 3 objectifs :

  • Analyser les concepts abordant l’adaptation en agriculture (agroécologie, agriculture climato-intelligente, adaptation basée sur les écosystèmes) et la façon dont ils sont pris en compte dans les politiques d’adaptation au CC;
  • Identifier les facteurs favorisant ou limitant leur mise en œuvre en considérant leurs coordinations avec les politiques sectorielles;
  • Caractériser la façon dont les policy mix actuels affectent les pratiques des agriculteurs et leurs résultats socio-économiques et environnementaux.

 

Plus d'informations sur le site dédié

 

CIRAD (ART-Dev, Innovation, Green), INRA, IT2, Univ. des Antilles, CIAT, UnB.

CIRAD

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Card image cap

LES PARACOMMUNS DE L'EAU PALESTINIENNE

2018-2020

Programme Agence Française de D2veloppement

Julie Trottier

 

 

 

 

 

AFD - Agence Française de Développement

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

TRASSE

2018-2020
Trajectories of Social-Ecological Systems in Latin American Watersheds: Facing Complexity and Vulnerability in the context of Climate Change (TRASSE)
TRASSE is a multinational effort funded by the Mexican National Council for Science and Technology (CONACyT-Mexico) and the French National Agency for Research (ANR-France). Its objective is to operationalize a theory of change for the sustainability of Social-Ecological Systems in rural-urban tropical  watersheds and their vulnerability in the context of Climate Change.

Objectifs

TRASSE (Trajectories of Social-Ecological Systems in Latin American Watersheds: Facing Complexity and Vulnerability in the context of Climate Change) is a multinational effort funded by the Mexican National Council for Science and Technology (CONACyT-Mexico) and the French National Agency for Research (ANR-France). Its objective is to operationalize a theory of change for the sustainability of Social-Ecological Systems in rural-urban tropical  watersheds and their vulnerability in the context of Climate Change.

 

Plus d'informations sur le site dédié et sur le site du projet TRASSE

 

CIRAD (ART-Dev), Univ. Rennes, Colmex, Unam –Iiec, Ipn Oaxaca, Unam–Fac. de ciencia, Inst. Nac. de Geografia de Mexico, Univ Nac. de Medellin, Ciat, SEI

CONACyT-Mexico, ANR-France

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

SMARTNIGHTS

2018-2021
Pour des nuits urbaines durables et inclusives

Le programme de recherche « Smartnights » vise à créer une base de connaissances pour élaborer des politiques publiques durables en matière de vie nocturne étudiante dans les villes universitaires de taille moyenne (Montpellier, Reims, Grenoble et Lyon comme ville étalon). En effet, des notions telles que la ville « 24 heures sur 24 » ou la « ville festive » ne soulignent pas seulement l’importance de la nuit urbaine dans la revitalisation de beaucoup de villes désindustrialisées mais aussi la « nocturnalisation » croissante de la vie quotidienne dans la société occidentale. L’économie de la nuit est devenue une des clés de l’économie urbaine, de la stratégie marketing des autorités urbaines. Cependant, au-delà de ces potentialités, le développement de la vie nocturne est aussi caractérisé par des tendances négatives telles des formes de fragmentation sociale et spatiale, rendues visibles à travers l’expression de conflits. Le programme de recherche permet de décoder les sources de conflits entre étudiants et résidents (nuisances sonores, impacts fonciers, intégration sociale, etc.), et les mécanismes créant des inégalités socio-spatiales face au « droit à la nuit » qui émerge de l’expansion récente de la vie nocturne. In fine, la définition d’un « habiter la nuit » apparaîtra à travers les analyses.

Objectifs :
  • Analyser les politiques publiques, les régulations et la gouvernance de la vie nocturne dans les cas d’études ;
  • Accéder à une meilleure compréhension des modèles de consommation nocturne des étudiants ;
  • Identifier les impacts pour les habitants du développement de la vie nocturne étudiante et leurs réponses aux nuisances produites ;
  • Elaborer des politiques publiques cohérentes pour encourager à la mise en place de nuits urbaines durables et assurer une coexistence pacifique entre les différents groupes sociaux.

 

Retrouvez la présentation complète du projet ainsi que son actualité sur le

Carnet de recherches : https://smartnights.hypotheses.org/

 

 

  • UMR ART-Dev 5281 : Dominique Crozat (coordinateur), David Giband, François Valegeas, Lala Razafimahefa, Emanuele Giordano, Marie-Laure Poulot, Emie Peralez-Carleton, Florian Guérin
  • UMR Pacte 5194 : Luc Gwiazdzinski, Wenbo Hoo, Farzane Hajar, 3 stagiaires
  • EA Habiter 2076 : Sandra Mallet, Sébastien Piantoni, Magali de Raphélis, Céline Burger, 1 post-doc, 4 stagiaires
  • UMR Triangle 5206 : Guillaume Faburel, 1 post-doc, 4 stagiaires

Coordinateur : Dominique Crozat (Univ. Paul-Valéry Montpellier3)

 

GAPRA

2017-2019
Gouvernance Alimentaire et Pratiques des ménages agricoles: une approche par les flux d’approvisionnement alimentaire et la multi-localisation familiale.
Description scientifique

Le principal enjeu scientifique du projet GAPRA est de comprendre la différenciation du rôle de la gouvernance alimentaire sur les systèmes alimentaires familiaux en Haïti et au Brésil, caractérisés par la multi-localisation familiale (migrations) et des interventions institutionnelles. La question est la suivante : comment les politiques publiques et l’aide alimentaire interfèrent avec les pratiques des ménages agricoles, en les différenciant et en intervenant sur leur sécurité alimentaire? Les résultats attendus du projet sont : 1) académiques et méthodologiques, avec la production de connaissances et l’application d’une démarche innovante permettant d’appréhender la complexité du lien entre les pratiques d’approvisionnement en aliments des ménages agricoles et la gouvernance alimentaire; 2) opérationnels, avec la mise en débat des résultats par et avec des acteurs clefs de la gouvernance alimentaire nationale et la formulation de recommandations pour l’aide à la décision.

 

Objectifs

Le projet se propose de répondre à la question suivante: Comment l’action publique interfère-t-elle dans les stratégies alimentaires des ménages?Le projet s'articule autour d'une hypothèse générale: Le système alimentaire familial se fonde sur des sources complexes d’approvisionnement en aliments et est affecté par des dynamiques sociales et économiques ainsi que par l’action publique qui influence la SAN. Cette hypothèse se décline en une hypothèse spécifique:  La plurilocalisation (et les circulations qui lui sont associées) intervient sur les systèmes alimentaires familiaux (et donc sur la SAN) en termes d’accès aux aliments. L’action publique joue sur les processus de plurilocalisation des familles

 

Plus d'informations sur le site dédié

 

CIRAD (UMR ART-Dev, MOISA et TETIS), Université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, Université Fédérale de Rio de Janeiro (CPDA), Université Fédérale de Rio Grande do Sul (PGDR), Université Fédérale de Brasilia (UnB),  Université d’Intégration Latinoaméricaine (UNILA), Entreprise Agricole (EPAGRI), Université de Quisqueya (Haïti)

CIRAD ...

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

logo FeesSpeciales

TRANSMEDIA

2019-2021
Les nouveaux modèles de l’économie du partage : le secteur de l’audiovisuel

Le projet porte sur les nouveaux modèles économiques de la production culturelle, en particulier dans le secteur de la production audiovisuelle, qui est aujourd'hui créateur net d'emplois salariés en France. Nous recherchons à définir les principes des nouvelles activités économiques dans ce secteur à travers le financement, la gouvernance, la production et la distribution de créations transmédias réalisées à partir de logiciels libres.

 

La Scop Les Fées Spéciales, partenaire du projet, fabrique ses films d’animation à partir de logiciels libres. En développant des programmes transmédias innovants, la Scop Les Fées Spéciales offre un terrain d’expérimentation et d’étude aux deux laboratoires (RIRRA 21 et ART-Dev) impliqués dans le programme de recherche : l'analyse des nouvelles propostions de création et du renouvellementde la circulation des oeuvres pour RIRRA21, celle des initiatives de l’économie du partage, de l’économie sociale et solidaire et de l’innovation sociale pour ART-Dev.

Le projet prévoit aussi d’enquêter sur d’autres initiatives de l’économie du partage et de l’économie sociale et solidaire1 reposant sur les plateformes numériques et les logiciels libres. L’objectif est d’identifier des modèles économiques innovants relevant de l’économie du partage.

 

Avec le développement des technologies numériques, la mutation de la filière audiovisuelle se traduit en effet par la mise en défaut des modèles anciens centralisés, et par l’émergence d’espaces de production et de diffusion anarchiques. Un décrochage important apparaît entre le public et le système audiovisuel. La croissance du nombre d’opérateurs au cours des années 2000 et 2010 aboutit à l’expansion d’un marché atomisé. Dans ce paysage singulièrement brouillé, les acteurs économiques ont besoin de lisibilité et de connaissance des implications du numérique tant au niveau de la production que de la « consommation » audiovisuelle. C’est au plus près des expérimentations des acteurs que nous entendons créer ce consortium régional. La modélisation et l’essaimage de nouveaux modèles économiques et de gouvernance constituent aujourd’hui un enjeu de survie pour de nombreux opérateurs, directs ou indirects, de l’audiovisuel.

 

 

Université Paul-Valéry Montpellier 3, SCOP Les Fées Spéciales

Programme de recherche Fonds Européen de Développement Régional

logos FDS EUROPEEN FEDER

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.